acrobatie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Mot dérivé de acrobate avec le suffixe -ie [1]. Du grec ancien ακρον (akron), « sommet » et βατειν (batein), « marcher ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
acrobatie acrobaties
\a.kʁɔ.ba.si\

acrobatie \a.kʁɔ.ba.si\ féminin

  1. Exercice d’acrobate.
    • La situation était compliquée et comique, et Achmet, d'une gaieté folle et contagieuse; je cédai au besoin impérieux de faire une acrobatie, et, sautant sur les mains sans préambule, j'exécutai deux tours de clown devant l'assistance ahurie. — (Loti, Aziyadé, 1879)
    • Il y avait là une «roue allemande», une grande roue d'acier dans laquelle on pouvait se tenir debout et tourner en exécutant toutes sortes de figures; j'y faisais des numéros d’acrobatie. — (Hanspeter Gschwend, Le clown en moi: autobiographie avec porte-plume, Éditions d'en bas, 2004, page 16)
  2. (Par extension) Manœuvre physique difficile ou dangereuse.
    • La rentrée à bord se fit sans encombre, mais donna lieu à nombre d'acrobaties. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (Au figuré) Exercice intellectuel, qui peut être amusant, mais qui ressemble plus à un tour de bateleur pour amuser la foule, qu'à un véritable travail sérieux.
    • (..) l'Art, ce souverain, où s'attarde notre époque tandis que doit le génie discerner mais quoi? sinon l'afflux envahisseur et inexpliqué des forces théâtrales exactes, mimique, jonglerie, danse et la pure acrobatie. — (Mallarmé, Pages, 1891)
    • Par contre, nous laisserons de côté cette virtuosité vulgaire et frivole qui, attachée exclusivement à l’effet sur l’auditeur, débouche sur une acrobatie totalement vide de sens. — (Anne Penesco, Défense et illustration de la virtuosité, Centre de recherches musicologiques, 1997)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier