Voir aussi : adultere, adultéré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin adulter (« adultère »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
adultère adultères
\a.dyl.tɛʁ\

adultère \a.dyl.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui viole le serment de fidélité conjugale.
    • De plus, on assimile volontiers les femmes adultères aux prostituées et la pratique de la fornication, prostibulaire ou adultère, suppose le mensonge ou la clandestinité, comme l’ont si bien illustré les fabliaux, qui insistent sur les mensonges de l’épouse volage. — (Nicole Gonthier, Sanglant Coupaul ! Orde Ribaude !: Les injures au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2007)
    • Ne jetez pas la pierre à la femme adultère,
      Je suis derrière…
      — (Georges Brassens, À l’ombre des maris)
    • Alors elle se rappela les héroïnes des livres qu’elle avait lus, et la légion lyrique de ces femmes adultères se mit à chanter dans sa mémoire avec des voix de sœurs qui la charmaient . — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
  2. (Par extension) (Dans le style oratoire ou poétique) Se dit des choses qui offrent un mélange vicieux.
    • Mélange adultère.
    • Assemblage adultère.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
adultère adultères
\a.dyl.tɛʁ\

adultère \a.dyl.tɛʁ\ masculin

  1. Violation du serment de fidélité conjugale.
    • En effet, les femmes métisses qui commettent l’adultère ne sont pas poursuivies selon les lois de Castille, comme on le fait dans le cas des femmes espagnoles mariées à des Espagnols, qui se sont rendues coupables d’adultère. — (Bernard Grunberg, Le métis dans la société coloniale ; entre haine, mépris et défiance, Les Discours de la haine: Récits et figures de la passion dans la Cité, sous la direction de Marc Deleplace, Presses Universitaires Septentrion, 2009, p.167)
    • …mais l’idée que ces relations coupables existaient déjà avant son mariage, l’idée plus poignante encore, […], qu’Othon, qu’il avait tant aimé, était l’enfant de l’adultère, brisait son cœur et le rendait presque insensé. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Elle connut les joies de l’adultère, l’étroitesse du fiacre, l’odeur du meublé, l’heure trop courte, le faux nom et la poste restante. — (Pierre Louÿs, Les Aventures du roi Pausole, 1901)
    • Le mari pourra demander le divorce pour cause d'adultère de sa femme. La femme pourra demander le divorce pour cause d'adultère de son mari, lorsqu’il aura tenu sa concubine dans la maison commune. — (Code civil des Français, Livre Premier - Des Personnes, Titre V - Du mariage)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
adultère adultères
\a.dyl.tɛʁ\

adultère \a.dyl.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui viole le serment de fidélité conjugale.

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe adultérer
Indicatif Présent j’adultère
il/elle/on adultère
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’adultère
qu’il/elle/on adultère
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
adultère

adultère \a.dyl.tɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de adultérer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de adultérer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de adultérer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de adultérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de adultérer.

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • adultère sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier