Voir aussi : affuter

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1680) Dérivé de fût, en ancien français afuster.

Verbe Modifier

affûter \a.fy.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle)

  1. (Art) Aiguiser un outil pour le rendre plus perçant ou plus coupant.
  2. (Figuré) Rendre plus vif, plus pertinent ou plus acerbe.
    • Le burgmaester aimait taquiner ce ramenard de Reyber en le faisant constamment marcher sur des œufs. C'était à la fois un bon moyen d’affûter le caractère de Reyber, tout en lui rabaissant le caquet quand sa proximité avec le pouvoir lui faisait choper le melon. — (Cédric Ferrand, Wastburg, Éditions Les moutons électriques, 2012)
    • Oui, le timide n’a jamais osé danser, du coup, il a eu le temps d’affûter son sens de la répartie pendant que ses petits camarades galochaient des nanas au look douteux et au maquillage ringard. — (Pandora Reggiani, L'histoire d'amour dont vous êtes le héros , Michalon Éditeur, 2014, p. 18)
  3. (Vieilli) Disposer le canon afin de le tirer. On dit maintenant : mettre une pièce en batterie.
  4. (Argot) (Rare) Manger.
    • Affûter ses crochets, ses crocs, ses meules, ses tabourets.
  5. (Argot) (Rare) Danser.

Variantes orthographiquesModifier

  1. (orthographe rectifiée de 1990) affuter.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

DérivésModifier

RéférencesModifier