affaiblissement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1290) Dérivé de affaiblir.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
affaiblissement affaiblissements
\a.fe.blis.mɑ̃\
ou \a.fɛ.blis.mɑ̃\

affaiblissement \a.fe.blis.mɑ̃\ ou \a.fɛ.blis.mɑ̃\ masculin

  1. État de ce qui est affaibli.
    • Le défaut d'exercice, le confinement dans une atmosphère très-limitée, sont des causes d’affaiblissement de l’organisme, et par suite des causes prédisposantes de la tuberculose. — (Alphonse Laveran, Traité des maladies et épidémies des armées, Paris : chez G. Masson, 1875, p. 323)
    • Quant au comté de Flandre, sa dépendance politique envers la France l’entraîna, malgré lui et contre ses intérêts traditionnels, dans les conséquences de l’affaiblissement de la monnaie royale. — (Albert Marignan, Jean Georges Platon, Maurice Prou, Le Moyen âge: Volumes 59 à 60, 1953)
  2. (Télécommunications) Diminution d’une puissance électrique, acoustique ou électromagnétique entre deux points.
  3. (Métrologie, Télécommunications) (En particulier) Expression quantitative de cette diminution par le rapport, généralement en décibels, de la valeur en deux points d’une puissance ou d’une grandeur qui est liée à la puissance par une relation bien définie.
    • L'ARCEP a dans un premier temps ouvert le Re-ADSL2 aux lignes dont l'affaiblissement est inférieur à 75 dB et a défini un mode de calcul de cette valeur théorique d'affaiblissement de la ligne. En décembre 2005, la valeur maximale d'affaiblissement validant l'éligibilité aux offres commerciales Re-ADSL2 a été repoussée à 78 dB.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier