FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1520) Mot dérivé de affre avec le suffixe -eux.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin affreux
\a.fʁø\
Féminin affreuse
\a.fʁøz\
affreuses
\a.fʁøz\

affreux \a.fʁø\

  1. Qui cause ou qui est propre à causer de la frayeur, de l’effroi.
    • Le divorce entre la production et les producteurs va créer une économie abstraite, entièrement inconnue au Moyen Âge, et qui favorisera le développement de la plus affreuse pauvreté. — (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p. 590)
    • Quand il voyait, sur le sable des allées un piquet de chat, il entrait aussitôt dans une colère affreuse. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Le temps se modère un peu; la mer toujours affreuse; le navire se comporte toujours très-bien, la mâture ne bouge pas quoique le navire tangue beaucoup , […]. — (Les feux flottants, dans le Magasin pittoresque, 1868, vol.36, p.118)
    • Que je le plains, pécheur, en ton heure dernière !
      Les maux les plus affreux sont amassés sur toi ;
      Le noir enfer, séjour rempli d’effroi,
      T’attend au bout de la carrière.
      — (Mort du pécheur, dans Félix Dupanloup, Manuel des petits séminaires et des maisons d’éducation chrétienne, 1844, 2e éd., p. 106)
  2. (Par hyperbole) Qualifie une personne d’une grande laideur ou d’une chose très désagréable.
    • Avez-vous été à l’Odéon, monsieur, me dit-il, et avez-vous remarqué que les femmes qui viennent là sont les plus affreuses créatures du monde ? — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Tête coupée)
    • Un affreux nabot.
    • Nous avons suivi des chemins affreux.
    • Il fait un temps affreux.
  3. (Figuré) Qualifie une personne fort dépravée, capable des actions les plus noires, les plus viles. — Note : Se dit souvent au sens moral.
    • Leur sort est affreux.
    • C’est affreux à voir, à dire.
  4. (Figuré) Qualifie ce qui peut susciter une grande pénibilité ou une extrême douleur.
    • Dès le début du XXe siècle, un avocat de Rocroi, François Cazin, constatait : « Souvent, j’ai vu la brigade de service sortir de Rocroi pour aller se mettre en embuscade dans les lieux les plus cachés et les plus difficiles et par les temps les plus affreux. […] » — (Jacques Lambert , « Un douanier ardennais, inventeur astucieux, Jean Victor Risse », dans Le Journal du confinement, du mercredi 24 juin 2020, Charleville-Mézières : Éditions Terres Ardennaises)
    • C’est une ingratitude affreuse, une affreuse calomnie. — Il est affreux de calomnier cet homme. — Il était dans une affreuse misère.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier et pluriel
affreux
\a.fʁø\

affreux \a.fʁø\ masculin (pour une femme, on dit : affreuse) singulier et pluriel identiques

  1. Personne effrayante, monstre, petit monstre, vilain.
    • Ô spectacle sacré ! l’ombre secourant l’ombre,
      L’âme obscure venant en aide à l’âme sombre,
      Le stupide, attendri, sur l’affreux se penchant…
      — (Victor Hugo, La Légende des siècles, t. 2, Le Crapaud, 1859, p. 738)
    • Il questionnait même ceux qu’il n’avait jamais vus : − Eh ! toi, l’affreux, ça t’plaît comme ça d’pourrir ici ? — (René Benjamin, Gaspard, 1915, p. 121)

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier