FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français afubler dérivé de fubler, avec le préfixe a-.

Verbe Modifier

affubler \a.fy.ble\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’affubler)

  1. Couvrir d’un affublement.
    • […], ce même roi de France, faute d'un héraut […], fut contraint de suborner un valet, de l’affubler d'une bannière de trompette avec un trou an milieu , afin que le prétendu héraut passât sa tête au travers, et la jetât sur ses épaules en guise d'une cotte d'armes aux armes de France. — (« Quentin Durward », tome 15 des Œuvres de Walter Scott, traduites et annotées par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : chez Furne, Charles Gosselin & Perrotin, 1835, note (p), page 551)
    • Quelle pitié c'était de les voir toutes les deux, jolies, l’une blonde, l’autre brune, affublées comme des mendiantes, la grâce et la douceur en personnes. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 106)
    • Des Allemands… des Italiens aussi… Ils ont une de ces touches ! Ah ! non, ça, alors, ils sont drôles, ce n’est pas sérieux d’affubler des hommes de plumes de coq ! — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 65)
    • Malgré les souffrances physiques que j’endure au moment où je trace ces lignes, je me souviens non sans une mélancolie amusée de l’abominable caban bleu marine dont m’affublait l’autrice de mes jours sans tenir compte de mes supplications : […]. — (Alain Giraudo, Le Respect qu'on se doit, Mon Petit Éditeur, 2014, page 19)
    • S’affubler d’un manteau extraordinaire. — Elle s’affubla d’une longue mante.
  2. (Sens figuré) (Familier) Couvrir ; recouvrir.
    • Les gens faibles se laissent aisément affubler par des directeurs et par des flatteurs. — (Antoine Furetière, Jean-Marc Mandosio, Les mots obsolètes, 1998)
    • Mais le populisme est un récit idéologique qui se met à l’abri des atteintes de la réalité, et se fonde sur la désignation d’un ennemi affublé de tous les vices, les élites du savoir et de la compétence. — (La lettre politique de Laurent Joffrin, « États-Unis : la faillite populiste », dans Libération du 8 avril 2020)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier