FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIe siècle)[1] De l'ancien français ahaner, du latin populaire *afannare (« se donner de la peine »), apparenté à l’espagnol afanar (« s’efforcer »).

Verbe Modifier

ahaner \a.ha.ne\ ou \a.a.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Rare) Avoir de la peine à en faisant quelque chose.
    • La vérité, c'est qu'il se montrait très sévère envers lui-même et que, s'il « ahanait », selon son « verbe », sur une phrase, c'est qu'il la désirait tout à fait irréprochable, sans hachure, sans répétition de mots, sans épithète impropre, sans consonnance choquante, sans barbarisme. — (La Société nouvelle: revue internationale : Sociologie, arts, sciences, lettres, F. Larcier, 1909, vol. 33 à 34, page 161)
  2. Haleter durant un effort.
    • Elle se vengeait en se moquant du vieil édenté et en pouffant de rire derrière l’écran de ses mains jointes, soit que le bonhomme ahanât du fond de sa caverne, soit qu’ayant mis le feu à tous les cœurs il laissât reposer son soufflet. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, pages 158-159)
    • Voilà le matelas de Narciso, le matelas gris et blanc, ahanant et faisant le gros dos dans le long couloir. Toute cette laine emprisonnée ne voulait pas avancer, se faisait lourdement prier. — (Jules Supervielle, Le voleur d’enfants, Gallimard, 1926, collection Folio, page 125.)
    • Ah ? Eh bien alors cogne, et je vais ahaner pour toi ! — (David I. Goldstein, Dostoievski et les Juifs, 1976)
    • Asa est reparti au trot dans la pente. Shed a suivi en ahanant. Ses muscles courbatus protestaient à chaque pas. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)
    • Le chauffeur, qui n'avait fait que baisser son pantalon aux genoux, la bourriquait de toutes ses forces, ahanant de façon comique. — (Raphaël Confiant, Eau de Café, Grasset, 1991)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

ParonymesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

De l'italien affanno, du latin populaire *afannare, se donner de la peine.

Verbe Modifier

ahaner \Prononciation ?\ transitif

  1. Labourer, cultiver.
  2. Tourmenter, agacer.

ahaner \Prononciation ?\ intransitif

  1. Travailler, se fatiguer, être fatigué.
  2. Aspirer à.

s’ahaner \Prononciation ?\ pronominal

  1. Se fatiguer.

RéférencesModifier

AngevinModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

ahaner 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Peiner, fatiguer, ahaner.
  2. Pousser un cri de fatigue.

RéférencesModifier

  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, Lachèse et Dolbeau, Angers, 1881, page 191 à 562, p. 214 → [version en ligne]

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

ahaner \a(h)anə\, \a(h)ɛnə\, \a(h)ənə\ 1er groupe (voir la conjugaison) intransitif (graphie ABCD)

  1. Peiner, fatiguer, ahaner.

RéférencesModifier

  • Régis Auffray, Le Petit Matao, Rue des Scribes, 2 novembre 2007, Broché, 1000 pages ISBN 978-2906064645, page 78