FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin axilla devenu, en latin populaire *axella

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
aisselle aisselles
\ɛ.sɛl\

aisselle \ɛ.sɛl\ féminin

  1. (Anatomie) Chacune des deux cavités situées au-dessous de la jonction du bras avec l’épaule.
    • Le paysan avait croisé les bras, et ses mains étaient à plat sous ses aisselles. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • C’était une forte paysanne aux attaches solides, à la chair drue. Dès qu’elle s’était un peu remuée, elle avait les cheveux en désordre comme après une bataille et, en levant les bras pour se recoiffer, elle montrait des aisselles humides, aux poils roux. — (Georges Simenon, Le fou de Bergerac, Fayard, 1932, réédition Le Livre de Poche, page 52)
    • Dans les régions ventrales, la peau est granuleuse, particulièrement fine au niveau des aisselles et des aines. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • Nous sommes assis dans une salle de réunion glauque comme il y en a dans tous les immeubles d’affaires du monde, autour d’une grande table ovale avec des verres de jus d’orange posés dessus et une esclave-secrétaire qui apporte un Thermos de café en baissant les yeux, dans l’odeur d’aisselles des réunions tardives de la veille. — ( Frédéric Beigbeder, 99 francs, Gallimard, 2000, collection Folio, page 27)
  2. (Par analogie) Creux, renfoncement.
    • Tout un petit village se blottissait ainsi dans l’aisselle de la terre.
      Le plus tendre silence unissait les maisons ; et pas une lueur qui ne fût celle de la lune ou des étoiles ; pas un reflet qui ne retournât au ciel.
      — (Jules Romains, Les Copains, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 80)
  3. (Botanique) Intérieur de l’angle aigu formé par une feuille insérée sur la tige.
    • Beaucoup de fleurs poussent à l’aisselle des feuilles.
    • Sur les sureaux fuse, à chaque aisselle de branche, une houppe neuve de verdure tendre. — (Colette, Bellaude, dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, réédition Le Livre de Poche, 1960, page 135)
  4. (Art) (Vieilli) Partie d’un four, de la naissance à la chapelle.
    • L'aisselle d'un four, est le tour de la voute, dans l'espace d'environ les deux tiers. — (Manuel Lexique Ou Dictionnaire Portatif Des Mots François Dont La Signification N'est Pas Familière A Tout Le Monde, Didot, 1750, page 23)
  5. (Marine) (Vieilli) Angle rentrant formé par la vergue et les bras de l'ancre.
    • Alors, un jour, j’entrepris de la dénicher. Ce ne pouvait pas être difficile : l’exiguïté et le dénuement de notre case offraient peu d’endroits qui pussent servir de caches : les aisselles des poutres, sous le toit, l’échafaudage de caisses et de planches qui formaient le bois du lit, la batterie de petites boîtes de conserves ramassées au hasard des trouvailles. — (Joseph Zobel, Le Cadeau, dans le recueil Le Soleil partagé, 1964, page 128)
  6. (Technique) Ardoise ou groupe d'ardoises taillées en courbe et qui relie le bord supérieur du toit d'une lucarne rampante au reste de la couverture.

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

Voir aussiModifier

  • aisselle sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier