BretonModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de a (« de »), le (« lieu ») et -mañ (« -ci »), littéralement « de ce lieu-ci ».

Adverbe Modifier

alemañ \a'lemã\

  1. D’ici.
    • Met ret e vefe da gentañ fiñval alemañ. — (Yellen, Brud fall war ar menez, in Al Liamm, niv. 141, Gouere-Eost 1970, page 44)
      Mais il faudrait d'abord bouger d’ici.
    • Div wech dija eo bet kaset Seaska dirak ar barner ha goulenn a ra ar maer e vefe rediet ar gerent da baeañ 100€ bemdez ma ne yeont ket alemañ diouzhtu. — (Fabien Lécuyer, Ikastola Ziburu argaset evit an distro-skol ? in Ya !, niv. 481, 29 Eost 2014, page 2)
      Seaska a déjà été envoyée deux fois devant le juge et le maire demande que les parents soient forcés de payer 100 € par jour s’ils ne partent pas d’ici immédiatement.
  2. Par-ci.
    • Pa zeue mamm-gozh du-mañ e kleven anezhi o komz alies eus Tud Laou. Tud Laou alemañ, Tud Laou alese! — (Frañsez Kervella, An ti e traoñ ar cʼhoad, Mouladurioù Hor Yezh, 1990, page 78)
      Lorsque gramd-mère venait chez-nous, je l’entendais souvent parler de Tud Laou. Tud Laou par-ci, Tud Laou par-là !
    • « Toud » alemañ, « toud » aleze, biskoazh n’eus bet klevet kement a doudoù ! — (P. ar Maenour, Skingomz ha skinwel, in Al Liamm, niv. 162, Genver-Cʼhwevrer 1974, page 62)
      « Toud » par-ci, « toud » par-là, on n’a jamais ententu autant de toud-s !

VariantesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier