Voir aussi : Almè, Alme

Français modifier

Étymologie modifier

Du latin almus (« nourrissant, nourricier, bienfaisant »), considéré comme désuet par Malherbe, alme a été repris par les poètes au XIXe siècle.

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
alme almes
\alm\

alme \alm\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) Auguste, nourricier.
    • Elle est à moi bien plus encor
      Comme une flamboyante enceinte
      Aux entours de la porte sainte,
      L’alme, la dive toison d’or !
      — (Paul Verlaine À la princesse Roukhine)
    • Que voulais-tu de moi, bon joailler en faux,
      Qui ne sus que la Poésie alme et pieuse
      Est l’âme du Futur bleu, sereinement beau
      Qui parle tout bas à des âmes douloureuses ?

      — (John-Antoine Nau, Vers la Fée Viviane, Vers la Fée Viviane, Édition de la Phalange, 1908, page 42)
    • [...]Plus fier que tous les Artabans dont la Gascogne
      Fut et sera toujours l’alme Mère Gigogne,[...]
      — (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, 1897, Acte I, scène II.)

Traductions modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Ancien français modifier

Étymologie modifier

Du latin anima. Le L ne conforme pas à l’étymologie. Voir arme et arnme (dans leur sens de « âme ») et alma en espagnol.

Nom commun modifier

alme \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de ame
    • Ne dotent mort, ne lor survient que alme seit ne qu'el devient. — (Ben., D. de Norm., I, 165 ibid. 1170)

Anagrammes modifier

Références modifier