ancilangue

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1950) Mot-valise formé de ancien et de langue, calque de l’anglais Oldspeak, mot créé par George Orwell dans son roman 1984 (1949) et composé de old et de speak. Néologisme forgé par Amélie Audiberti dans sa traduction de l’œuvre orwellienne en 1950.

Nom commun Modifier

ancilangue \ɑ̃.si.lɑ̃ɡ\ masculin au singulier uniquement

  1. Langage courant.
    • On comptait que le novlangue aurait finalement supplanté l’ancilangue (nous dirions la langue ordinaire) vers l’année 2050. — (Amélie Audiberti (trad.), 1984, 1950 (éd. 2009) ISBN 978-2-07-036822 ; traduit de l’anglais : George Orwell, Nineteen Eighty-Four, 1949)
    • Cette analyse ponctuelle me paraît emblématique de l’ensemble du propos : dans l’ancilangue allemande, le verbe en question pouvait être à la fois descriptif et critique ; et il était critique en tant qu’à des oreilles exercées, il décelait comme malgré lui le caractère intrinsèquement propagandiste ou publicitaire d’une manifestation quelconque : le fait de la monter en épingle. — (Raison présente, n°165-168, page 45, 2008, Editions Rationalistes)
    • Ce fut le point de départ d’un weekend bien occupé, sans peste, guerre ni contrainte : shopping sur la Lune avec maman, révision de mon ancilangue dans l’Espace Mental (on jouait Hamlet en cours de théâtre) et un dimanche entier passé à construire mon habitat au pôle Sud pour le cours avancé d’ingéniérie. — (Gabrielle Zevin, ‎Scott Westerfeld, ‎Melissa Marr, Laurie Faria Stolarz, Amours d’Enfer, traduction Maud Desurvire, 2009, Hachette)

AntonymesModifier

TraductionsModifier