antisémite

Voir aussi : anti-sémite, antisemite

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Dérivé de sémite avec le préfixe anti-.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
antisémite antisémites
\ɑ̃.ti.se.mit\

antisémite \ɑ̃.ti.se.mit\ masculin et féminin identiques

  1. Qui fait preuve d’antisémitisme, qui est hostile aux Juifs.
    • Pour agir sur l'opinion publique et sur le roi, ces mêmes marchands firent répandre un factum antisémite. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Propagande antisémite.
    • Écrasée par un conducteur néonazi, une manifestante a pourtant payé de sa vie son opposition à la parade de Charlottesville, qui rassemblait, le week-end dernier, suprémacistes blancs, sudistes nostalgiques de l’esclavage et du général Lee, militants de l’« alt-right » (extrême droite) et autres humanistes du Ku Klux Klan, tous unis, bras tendu, batte de base-ball en main, slogans antisémites et anti-« nègres » aux lèvres, pour hurler leur « fierté d’être blancs ». — (Frédéric Pagès, Tirs à blancs, Le Canard Enchaîné, 16 août 2017, page 1)

SynonymesModifier

Quasi-synonymesModifier

AntonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
antisémite antisémites
\ɑ̃.ti.se.mit\

antisémite \ɑ̃.ti.se.mit\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui fait preuve d’antisémitisme, ou qui professe l’antisémitisme.
    • Au cours du procès Zola, les antisémites recrutèrent des troupes de manifestants soldés, qui étaient chargés d'exprimer les indignations patriotiques ; le gouvernement de Méline protégeait ces manœuvres […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.275)
    • Un jour que nous étions assis sur le sable, Saint-Loup et moi, nous entendîmes d’une tente de toile contre laquelle nous étions, sortir des imprécations contre le fourmillement d’Israélites qui infestait Balbec. « On ne peut faire deux pas sans en rencontrer, disait la voix. Je ne suis pas par principe irréductiblement hostile à la nationalité juive, mais ici il y a pléthore. On n’entend que : « Dis donc, Apraham, chai fu Chakop. » On se croirait rue d’Aboukir. » L’homme qui tonnait ainsi contre Israël sortit enfin de la tente, nous levâmes les yeux sur cet antisémite. C’était mon camarade Bloch. — (Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs ,1919)
    • De 1940 à 1944, Céline entretient des relations plus ou moins régulières avec les antisémites et les « collabos » de tout poil comme Henri Coston, Louis Darquier de Pellepoix, Marcel Déat, Jean Luchaire, George Montandon, Lucien Rebatet. — (David Alliot, Le Festin des loups : Collabos, profiteurs et opportunistes sous l'Occupation, La Librairie Vuibert, 2014)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier