aristophanique

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de Aristophane et -ique.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
aristophanique aristophaniques
\a.ʁis.tɔ.fa.nik\

aristophanique \a.ʁis.tɔ.fa.nik\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) (Métrique ancienne) Se disait d’une sorte de vers, maintenant plutôt appelé aristophanien (q.v.).
    • […] on a un vers anapestique complet, que d’autres appellent aristophanique.— (L’abbé Charles Batteux (trad.), Principes de la littérature, t. VI, éd. Amable Leroy, Lyon, 1800, « Traité de l’arrangement des mots » (trad. d’après Denys d’Halicarnasse, Ier siècle av. J.-C.), chap. XXV « Comment la Prose peut ressembler aux Vers », p. 196)
  2. Qui rappelle la manière des satires d’Aristophane, qui a le caractère de ses comédies où règne la fantaisie la plus hardie. (Pour ce qui relève d’Aristophane, on utilise plutôt aristophanien.)
    • [Gœthe] a poursuivi de ses satires aristophaniques la sentimentalité frivole des imitateurs de Werther. — (Sébastien Louis Saulnier fils (dir.), Revue britannique, ou Choix d’articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne (mensuel, 1825-1901), nouv. sér. (juillet 1830-1832, 12 vol.), t. I (juillet-août 1830), Paris, 1830 (5e année), chap. VI « Puissances Intellectuelles de notre Âge (1) ; Nº 1. Gœthe » (trad. d’après Foreign Review), p. 141)

SynonymesModifier

TraductionsModifier