Voir aussi : arrhés

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin arrha (ou arra) (« gages »), une forme abrégée de arrhabo (« premier acompte ») ; du grec ancien ἀρραβών, arrabōn, dérivé du sémitique qui a donné l’hébreu ערבון, erabon et l’arabe عربون, َârbûn, d’après Pihan tiré du radical عرب arraba (« donner un gage »)[1], et selon Roquefort de عرب araba (« nouer, serrer »)[2]. Ce dernier radical semble connoter « l’affermissement d’un contrat »[3].

Nom commun Modifier

Invariable
arrhes
\aʁ\

arrhes \aʁ\ féminin au pluriel uniquement

  1. Somme d’argent versée dès la signature d’un contrat à titre de gage.
    • Si j’annule cette réservation je perdrai les arrhes.
    • Eh bien ! c’est chose dite, continua le prince ; à compter de ce jour vous êtes à mon service. Prenez cette bourse, ce sont les arrhes du marché. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Xavier avait déjà pris des engagements pour la vente de son étude, et bien qu’il ne dût la céder que dans deux ans, il venait de toucher des arrhes qui dépassaient de beaucoup ce qu’il avait espéré. — (François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 74)
  2. Argent qu’un acquéreur ou un locataire donne pour garantir l’exécution d’un marché verbal et qu’il perd s’il rompt le marché.
    • Le marché est-il conclu ? donnez des arrhes.
    • Il s’est engagé, puisqu’il a pris des arrhes.
    • Donner des arrhes à un tailleur.
    • — Les arrhes ?
      — Voici la moitié du prix, vingt-cinq livres […].
      — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  3. (Vieilli) (Sens figuré) Assurance, gage.
    • Tenez, Babillard, dit le capitaine en remettant au guide une magnifique épingle en diamants qu’il portait piquée dans sa blouse de chasse, voici mes arrhes. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
  4. (Sens figuré) Preuve, démonstration, gage.
    • Cette rue était un long bourbier, bordé de planches et de marais, où les maisons se trouvaient seulement vers la rue de Vaugirard, et ce passage était si peu fréquenté, qu'au moment où Paris dîne, deux amants pouvaient s'y quereller et s'y donner les arrhes d'un raccommodement sans crainte d'y être vus. — (Honoré de Balzac, Illusions perdues, 1843)

NotesModifier

Le mot ne s’utilise normalement qu’au féminin pluriel. Néanmoins, quelques rares emplois masculin et singulier se rencontrent, comme le note le Trésor de la langue française.
Bien que parfois confondus, les mots arrhes et acompte ne sont pas synonymes, et doivent être distingués d’un point de vue juridique.

DérivésModifier

TraductionsModifier

HyperonymesModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe arrher
Indicatif Présent
tu arrhes
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent
que tu arrhes
Imparfait

arrhes \aʁ\

  1. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe arrher.
  2. Deuxième personne du singulier du subjonctif présent du verbe arrher.

PrononciationModifier


HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier