arrière-saison

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de arrière et de saison.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
arrière-saison arrière-saisons
\a.ʁjɛʁ.sɛ.zɔ̃\

arrière-saison \a.ʁjɛʁ.sɛ.zɔ̃\ féminin

  1. L’automne, la fin de l’automne ou même le commencement de l’hiver.
    • Elles sont exécutées par un grand nombre de petits propriétaires qui font le rouissage à l’arrière-saison et réservent le travail du broyage et du teillage pour les longues soirées d'hiver. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 151)
    • L'ensemble des dispositions que nous venons de passer en revue s'applique spécialement à la filature d'été, c'est-à-dire du mois de juin à octobre. Mais lorsqu'on veut continuer le dévidage pendant l'arrière-saison, […], on ferme les bâtiments au moyen de châssis vitrés. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • L'arrière-saison prolongeait l'éclosion tardive des bolets, des russules "jolies", des tricholomes bleus. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Commencement de la vieillesse.
    • Il faut se ménager, se réserver quelque chose pour l’arrière-saison.
    • Rires détestables, qui se moquaient de Marco et de moi, […] comme si l’aventure qui illuminait l’arrière-saison de Marco ne fût qu’un vieux fait divers. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, p. 49.)
  3. Derniers mois qui précèdent la récolte ou les vendanges, en parlant du blé et du vin.
    • Le blé se vend plus cher dans l’arrière-saison, c’est-à-dire Dans les mois de juin et de juillet.
    • Ce vin ne se boit que dans l’arrière-saison, c’est-à-dire Dans les mois de juillet et d’août.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Quasi-synonymesModifier