Étymologie

modifier
(1285)[1] Mot composé de ad- (« à ») et du mot germanique rât (« conseil, secours, provision »). Aussi erroi ou array, suivant les provinces ; il y avait un ancien verbe areer (« arranger »)[2] ou arroyer[3]. Apparenté à arreo (« arrangement ») en espagnol, arreu (« décoration, ornement ») en catalan, arredo (« décoration ») en italien[3].

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
arroi arrois
\a.ʁwa\

arroi \a.ʁwa\ masculin

  1. (Vieilli) Appareil, train, équipage.
    • Être des plaisirs de son roi,
      Du jeu, du bal et de la chasse,
      Faire exercice en bel arroi,
      Monter quelquefois au Parnasse,
      Avoir un beau gouvernement,
      Être cordon bleu d’espérance,
      Dangeau, par des hasards si grands,
      Si la paix dure encor dix ans,
      Tu seras maréchal de France.
      — (Épigramme contre Dangeau)
    • Les soixante-sept aéronefs allemands se maintenaient à une hauteur de près de quatre mille pieds, formés en croissant. […]. Une violente détonation ramena l’attention de Bert vers le zénith : le bel arroi du croissant était bouleversé et ce n’était plus à présent qu’un long nuage tumultueux. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1921, pages 307 et 309)
    • Le dimanche était jour de trêve dans la maison d’Honoré comme sur toute la campagne, une grande syncope des habitudes de la vie quotidienne. La plaine des labours et des prés perdait pour un jour une certaine unité de vie que les hommes au travail, les appels aux bêtes, le murmure de l’effort, l’arroi des attelages lui prêtaient dans la semaine. — (Marcel Aymé, La jument verte, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 174)
    • Rencontre, à un carrefour, du colonel et du commandant adjoint, tout ébaubis par notre bel arroi. — (Julien Gracq, Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, page 97)
    • Le lieutenant G., tous ses esprits fouettés comme par un vent matinal, considérait de temps en temps l’arroi de sa colonne avec une poussée irrépressible de fou rire. — (Julien Gracq, Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, Éd. J. Corti, page 232)
    • Impassibles, sous le portrait du général de Gaulle en grand arroi, ils s’occupaient, bien assis sur leurs chaises, le regard tout à fait net, la langue assurée. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, pages 77-78)
    • La plupart du temps, les chasseurs faisaient buisson creux, les dénonciateurs ayant été mal informés ou le gibier ayant éventé les chiens et pris le large.Ceux que l’on capturait, on les ramenait en grand arroi à Toulouse, enchaînés comme des criminels. — (Michel Peyramaure, La Passion cathare, tome 2 : Les Citadelles ardentes, Éditions Robert Laffont, 1978, chapitre 2)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier
  1. « arroi », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902 → consulter cet ouvrage (areer)
  3. a et b « arroi », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage