Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin assilio, de meme sens, dérivé de salio (« sauter ») ; dans le même ordre d’esprit, on dit « sauter à la gorge » ou « sauter sur quelqu’un » pour « l’assaillir ». La racine étymologique est encore visible dans le substantif qui correspond au verbe : assaut. (Vers 980) asaldran (« assailliront », forme de Provence).

Verbe Modifier

 
Une armée en train d'assaillir un château... miniature.

assaillir \a.sa.jiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Sens propre) (Figuré) Attaquer vivement par surprise.
    • Le 30 août l’« Hekla » voulu rejoindre la glace et explorer la côte : coup sur coup elle fut assaillie par de violentes tempêtes avec neige et pluie […] — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • (Figuré) Elle pourrait demeurer ici, l’assaillir d’invites, de chatteries, toute la nuit provoquer son désir, répandre ses effluves. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • De Gaulle que tant de tempêtes avaient assailli sans jamais l’ébranler, s’évanouit et disparut à la première égratignure que lui fit un parlement-croupion. — (François Mitterrand, Le Coup d’État permanent, 1965)
    • Dès le 14 au matin, une effroyable tourmente du sud-ouest vint assaillir ces escadres, et, soulevant une mer monstrueuse, leur fit courir les plus grands périls. — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, chap. 19, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 184)
    • Assaillir les ennemis dans leurs retranchements.

Apparentés étymologiquesModifier

TroponymesModifier

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnagrammesModifier