Français modifier

Étymologie modifier

(Siècle à préciser)  Composé de attrape et de nigaud.

Nom commun modifier

(orthographe traditionnelle)
Invariable
attrape-nigaud
\a.tʁap.ni.ɡo\
(orthographe rectifiée de 1990)
Singulier Pluriel
attrape-nigaud attrape-nigauds
\a.tʁap.ni.ɡo\

attrape-nigaud \a.tʁap.ni.ɡo\ masculin

  1. (Familier) Ruse grossière qui ne peut tromper que des ignorants ou des sots.
    • C’est un attrape-nigaud.
    • – Je ne connais pas d’or qui se dissipe en fumée, dit M. Leydet. On prétend qu’il le fait, mais c’est un attrape-nigaud qui couvre les muscades. Il change de main, un point, c’est tout. Tenez-vous-en là. Pas de légendes. — (Jean Giono, Mort d’un personnage, 1949)
    • – […] Ils les appellent des quarantaines. J’ai accepté ça une fois. Beaucoup de respect pour le bonheur de l’humanité et le bien commun mais aucune envie de retomber dans un attrape-nigaud. » — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 304)

Notes modifier

Parfois employé comme complément de nom juxtaposé, ou épithète.
  • Ils venaient de traverser la rue et s’étaient assis dans un bar, à côté d’une machine qui leur cassait périodiquement les oreilles avec sa monotone musiquette attrape-nigauds. — (Arturo Pérez-Reverte, Le Tableau du maître flamand, J.-C. Lattès, 1990, page 82, traduit par J.-P. Quijano, 1993)

Synonymes modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Références modifier