FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Variante de autrice.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
authrice authrices
\o.tʁis\

authrice \o.tʁis\ féminin (pour un homme, on dit : autheur)

  1. (Archaïsme) Variante orthographique de autrice.
    • Divine enchanteresse, ne seriez-vous point l’authrice du charme qui me détient en langueur, et pour qui la force des remedes est impuissante ? — (Tristan L’Hermite et Catherine Grisé (introduction et notes), Lettres mêlées (texte original de 1642), Librairie Droz, coll. « Textes littéraires français », Genève, 1972, XXXVIII-227 pages, page 202)
    • Corrigez le mot dont vous uſez :
      En fait de bel eſprit vous parlez en novice.
      Un homme eſt un Autheur, une femme eſt Authrice :
      Appelez donc Madame Authrice, & non Autheur,
      Et parlons d’autre choſe.
      — (Gaspard Abeille, Crispin bel esprit, scène X. Dans : Victor Fournel, Petites comédies rares et curieuses du XVIIe siècle, tome I, A. Quantin, Paris, 1884 (1re éd. 1681), page 191)

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

Variante de autrice.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
authrice authrices
\o.tris\

authrice \o.tris\ féminin (pour un homme, on dit : autheur)

  1. Variante orthographique de autrice.
    • Mais s’il y a là haut encore
      Quelque deité qu’on adore,
      S’il y a des Dieux ayans ſoin
      D’aßiſter les bons au beſoin,
      Ils permettront que la malice
      Contre ta vertu rebouchant,
      Recherra deſſus ſon authrice,
      Bourreau de ſon crime meſchant.
      — (Robert Garnier, Les tragedies de Robert Garnier. Hippolyte, De Raphaël du petit Val, Rouen, 1605 (1re éd. 1573), page 286)
      Mais s’il y a là-haut encore
      Quelque deité qu’on adore,
      S’il y a des dieux ayant soin
      D’assister les bons au besoin,
      Ils permettront que la malice
      Contre ta vertu rebouchant,
      Recherra dessus son autrice,
      Bourreau de son crime méchant.