Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom) (XIVe siècle)[1] Déverbal de avenir[2] ou composé de à et de venir[1] en sous-entendant temps.
(Verbe) Du latin advenire, remplacé dans l’usage par son doublon savant advenir que Féraud[3] s’est efforcé de condamner : « plusieurs écrivent encore advenir avec un d, quelques-uns même l’y prononcent. Il ne faut point l’écrire ; encore moins le prononcer. »

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
avenir avenirs
\a.və.niʁ\

avenir \a.və.niʁ\ masculin

  1. Futur, ce qui va arriver.
    • Pauvres fous qui ne comprennent pas que les hommes peuvent parfois changer l’avenir… jamais le passé. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Les immenses succès obtenus par la civilisation matérielle ont fait croire que le bonheur se produirait tout seul, pour tout le monde, dans un avenir tout prochain. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • L’avenir est à ceux qui savent le prédire. Se réformer, c’est se conformer à l’évolution irrésistible et lente des sociétés en marche vers le but inconnu. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Ici, Piganiol et Pesquidoux se rencontrent : il faudrait qu’une impulsion suprahumaine vînt redonner à ces races blasées l’appétit de vivre, la foi en l’avenir. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le poète se souvient de l’avenir. — (Jean Cocteau, Journal d’un inconnu, 1953)
  2. Devenir d’une personne, d’une organisation.
    • Elle ne savait rien de son avenir. C'est pourquoi elle y pensait souvent. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Livre I, ch. i, Mercure de France, Paris, 1896)
    • J’ai appelé l’attention sur le danger que présentent pour l’avenir d’une civilisa­tion les révolutions qui se produisent dans une ère de déchéance économique. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chapitre IV, La Grève prolétarienne, 1908, p. 183)
    • Le commencement de la philosophie pour Descartes, c’est le doute ; cela seul est toute sa méthode. C’est la proclamation du droit au libre examen. L’avenir de la philosophie est attaché à ce principe. — (Jules Simon, Introduction de : « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
  3. Postérité.
    • Pour que le vol transatlantique soit un succès commercial, il faudra développer à la fois la vitesse et la sécurité. Seul l’avenir pourra résoudre ce problème. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Décembre 1891. […]. Et, dans cette France de la IIIe République, l’avenir de l'économie s’écrit en grande partie dans les Ardennes. Les start-up de l’époque se dénichent dans la sidérurgie ou la forge. — (Thibaut de Jeagher, L’Usine nouvelle a 120 ans, dans L’Usine nouvelle, n°3266, 15 décembre 2011, page 8)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Verbe Modifier

avenir \av.niʁ\ intransitif impersonnel 3e groupe, défectif (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Variante de advenir.
    • Dont il avient que tous les jours on voit
      Du nom d’esprit fatuité dotée,
      Et de vertu sottise étiquetée.
      — (J.-J. Rousseau)
    • Quelque malheur qu’il en puisse avenir,
      Ce n’est que par ma mort qu’on le peut obtenir.
      — (Jean Racine, Mithridate)
    • En l’état où je suis, quoiqu’il puisse avenir,
      Je vous dois tout promettre & ne puis rien tenir.
      — (Jean Corneille, Théodore)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

AnagrammesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • Avenir sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • Avenir dans la bibliothèque Wikisource  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin advenire.

Verbe Modifier

avenir \Prononciation ?\

  1. Advenir.
    • Si ço avent que alquen colpe le poin à altre. — (Lois de Guillaume le Conquérant)
    • Avendrunt voirement — (Ph. de Thaon, Le Livre de Sibile, f. 164v. a. (manuscrit du XIIIe siècle))
    • Li mal ne seivent seul venir ;
      Tout ce m’estoit a avenir,
      C’est avenu.
      — (Rutebeuf, Œuvres complètes, Tome I, Ci encoumence la complainte Rutebuef de son oeul → lire en ligne)

RéférencesModifier

Anglo-normandModifier

ÉtymologieModifier

Du latin advenire.

Verbe Modifier

avenir \Prononciation ?\

  1. Arriver (sens impersonnel).

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin advenire.

Verbe Modifier

avenir \Prononciation ?\

  1. Arriver, advenir, survenir.

Nom commun Modifier

avenir \Prononciation ?\ masculin

  1. Avenir, futur.

SynonymesModifier

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

avenir \Prononciation ?\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. Variante en graphie inconnue de aveni (graphie ABCD).

RéférencesModifier

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin advenire.

Verbe Modifier

avenir [aβeˈni] (graphie normalisée) 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Arriver, advenir, survenir.

SynonymesModifier

Nom commun Modifier

avenir [aβeˈni] (graphie normalisée) masculin

  1. Avenir, futur.

Variantes dialectalesModifier

SynonymesModifier

RéférencesModifier