Voir aussi : Avoine, avoiné

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Variante régionale de aveine, forme encore usuelle au XVIe siècle. Du latin avēna.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
avoine avoines
\a.vwan\
 
De l'avoine. (1)

avoine \a.vwan\ féminin

  1. Plante de la famille des Poacées (ou Graminées), et cultivée comme céréale ou comme fourrage.
    • […] ; puis, ayant longé un champ d’avoine, étoilé de bluets et de coquelicots, nous arrivâmes en un verger où des vaches, à la robe bringelée, dormaient couchées à l’ombre des pommiers. — (Octave Mirbeau, Le Père Nicolas, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Les champs d’avoine sont, certaines années, envahis par des plantes nuisibles telles que les chardons, les sanves, moutardes sauvages, ravenelles ; […]. — (Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts du département de la Lozère, 1903, page 24)
    • « Ce n’est pas dans un jardin de Paris que je pourrais cueillir et coudre pour toi, sur un petit carton, les grands grains d’avoine barbue, qui sont de si sensibles baromètres. »
      Je me gourmande d’avoir égaré, jusqu’au dernier, ces baromètres rustiques, grains d’avoine dont les deux barbes, aussi longues que celles des crevettes-bouquet, viraient, crucifiées sur un carton, à gauche, à droite, prédisant le sec et le mouillé.
      — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 28.)
  2. Grain de cette plante.
    • Le taureau doit être choisi, comme le cheval étalon, parmi les plus beaux de son espèce. […]. On lui fait manger alors de l’avoine, de l’orge & de la vesce, pour lui donner de l’ardeur & lui procurer une plus grande abondance de liqueur séminale. — (Valmont de Bomare, Dictionnaire raisonné universel d’Histoire Naturelle, T. 8, 3e éd., 1776, p. 455)
    • On fait aussi du pain, mais d’une digestion assez difficile, avec du seigle, de l’orge et même de l’avoine ; […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 117)
  3. (Argot) Coup, raclée.
    • Faut pas vous gourer, c’est tout cérébral, la flagellation. Y a que des intellectuels pour réclamer l’avoine. — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, chapitre II ; Éditions Denoël, Paris, 1975)

NotesModifier

Ce mot s’utilise au pluriel quand l’avoine est encore sur pied : Il est temps de faucher les avoines.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   avoine figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bière (boisson).

TraductionsModifier

HyperonymesModifier

(simplifié)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe avoiner
Indicatif Présent j’avoine
il/elle/on avoine
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’avoine
qu’il/elle/on avoine
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
avoine

avoine \a.vwan\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe avoiner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe avoiner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe avoiner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe avoiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe avoiner.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • avoine sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AngevinModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
avoine avoines
\Prononciation ?\

avoine \Prononciation ?\ féminin

  1. (Segré) (Botanique) Avoine à chapelets (Arrhenatherum elatius).

RéférencesModifier

  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, Lachèse et Dolbeau, Angers, 1881, p. 191 à 562, p. 232 → [version en ligne]