avoir lieu de

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) → voir avoir, lieu et de

Locution verbale Modifier

avoir lieu de \a.vwaʁ ljø də\ (se conjugue → voir la conjugaison de avoir)

  1. Avoir des raisons de ; être fondé à. — Note : Suivi d'un verbe à l'infinitif puis d'une subordonnée.
    • J’ai lieu de me plaindre de votre conduite à mon égard.
    • Un célèbre Académicien a déjà tenté cette expérience , & j’ai lieu de croire que la répétant & opérant avec tout le soin qu'elle exige, nos résultats seront à-peu-près les mêmes. — (Résultat des Expériences & Observations de MM. De Ch… & Cl… sur l'Acier fondu, dans le Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, juillet 1788, volume 33, page 46)
    • […] ; mais j’ai tout lieu de supposer que dans le brillant entourage de ce bonisseur, il n'y a personne ayant entendu parler du Mouvement socialiste. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Il n'y a pas lieu de rechercher en ce cas, des procédés de calcul spéciaux pour l'application de ces formules si simples. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 121)
    • J’ai lieu de craindre que ma physionomie n’ait trahi ma distraction incongrue par une certaine expression de stupidité qu’elle revêt dans la plupart des transactions sociales. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; réédition Le Livre de Poche, 1967, page 83)
    • Nous nous étions couchées tard, elle nous dispensait par conséquent d’aller à l’école pour une durée qu’elle ne précisa pas, mais dont on pouvait imaginer, à la manière dont elle l’évoqua, que celle-ci avait tout lieu de se prolonger. — (Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, J.-C. Lattès, 2011)

Apparentés étymologiquesModifier

→ voir lieu

TraductionsModifier

PrononciationModifier