Voir aussi : bater

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de bât avec la désinence -er.

Verbe Modifier

bâter \bɑ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Sens propre) Charger d’un bât, en parlant d'une bête de somme.
    • Bâter un cheval, un mulet, un âne.
    • On avait semé aussi les mulets, par vingtaines, aux dernières étapes, nos misérables mulets écorchés, gangrenés. Il fallait se mettre à dix, le matin, pour bâter leur viande à vif : cinquante kilos sur une plaie, ça les rendait fous ! — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 11.)
  2. (Figuré) Encombrer, en parlant d'une personne.
    • J'avais eu pitié de Lincoln dans ce moment, non parce qu'on l'avait assassiné, mais à cause de cette piquée, de cette putain de femme dont on l’avait bâté et qui avait failli le rendre fou. — (Henry Miller, L'ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier



HomophonesModifier

RéférencesModifier