FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français badelaire, lui même du latin badelare.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
badelaire badelaires
\ba.dlɛʁ\
 
Armoiries avec un badelaire (sens héraldique)

badelaire \ba.dlɛʁ\ masculin

  1. (Moyen Âge) Épée courte.
    • Ayant trouvé clos le guichet du prieuré, il frappa le bois du pommeau de son badelaire. — (Henri Béraud, Le Bois du templier pendu, Les Éditions de France, Paris, 1926)
  2. (Héraldique) Voir Cimeterre. À rapprocher de coutelas, couteau, cimeterre, épée, kriss, rapière et sabre.
    • Besson, en Lorraine : d’azur, à deux badelaires d’or passés en sautoir, accompagnés en chef d’une fleur de lys du même. — (Charles de Grandmaison, Dictionnaire héraldique, Paris, 1861)
    • De sinople à un badelaire d’or, qui est de Thiberville de l’Eure → voir illustration « armoiries avec un badelaire »

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Avec, pour variante baselaire, c’est, avec substitution de suffixe, le même mot que baselard (« coutelas »).

Nom commun Modifier

badelaire masculin

  1. Sorte de glaive court et recourbé.
    • Et les chevaulx mengier terre ensemble le petit derbes quilz trouvoient ou fueilles d’arbres et convint couper plancons de boys a leurs espees et leurs badelaires tous ploians pour leurs chevaux lier, et verges pour faire huttelettes pour eulz mucier. — (Croniques que fist maistre Frossart qui parlent des nouvelles guerres de France et d’Engleterre, d’Escoce et d’Espaigne)

VariantesModifier

RéférencesModifier