FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) De l’ancien français bail (« gouverneur ») et -if ou de baillir[1] ; c’est un ancien adjectif pris substantivement[2].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bailli baillis
\ba.ji\

bailli \ba.ji\ masculin

  1. (Droit, Histoire) Officier royal ou seigneurial, au nom duquel la justice se rendait dans l’étendue d’une certaine juridiction (baillie) où il exerce par délégation un pouvoir administratif et militaire, et surtout des attributions judiciaires.
    • Le bailli de Rouen.
    • Le grand bailli de Vermandois.
    • Le grand bailli de Touraine.
    • Vers 1255, le bailli de Pont-Audemer, nommé Jean de Neuvy, était sous le poids des plus graves accusations, et parmi les nombreux méfaits qui lui étaient reprochés se trouvait l’impunité d’un assassinat commis sur un homme de Bourneville. — (Louis-Étienne Charpillon, Dictionnaire historique, géographique, statistique de toutes les communes de l’Eure, Les Andelys : Delcroix, 1868, page 532)
    • Peu à peu le maître et le bailli sentaient monter en eux un malaise, leurs phrases se mitaient de silences, bientôt ils se turent en s’entre-regardant. — (Diane Meur, Les Vivants et les Ombres, Sabine Wespieser éditeur, 2007, chapitre I-17)
  2. Chevalier de l’ordre de Malte, revêtu d’une dignité qui le mettait au-dessus des commandeurs et qui lui donnait le privilège de porter la grand-croix.
    • Le bailli de la Morée.
    • Le bailli de Suffren.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • bailli sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • bailli sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Voir bailli.

Nom commun Modifier

Cas Singulier Pluriel
Cas sujet baillis bailli
Cas régime baillif bailli

bailli \Prononciation ?\ masculin (pour une femme, on dit : baillive)

  1. Bailli.
    • Si vos dirons de Henri, le bailli de Costentinoble. — (Geoffroi de Villehardouin)
    • Et là où ils trovoient les Frans qui bailli estoient des terres, si les ocioient. — (id.)

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

NormandModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français baillir.

Verbe Modifier

bailli \Prononciation ?\

  1. Donner.
  2. Donner une secousse, secouer.

DérivésModifier

RéférencesModifier