balbutier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin balbūtīre (sens identiques).

Verbe Modifier

balbutier \bal.by.sje\ intransitif et transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. S’exprimer ou prononcer difficilement, en ânonnant, en hésitant.
    • Quant à moi il n’y a qu’une seule chose qui m’effraye, c’est ma lenteur. Je crèverai que je n’aurai pas balbutié la moitié de ma pensée. — (Gustave Flaubert, Correspondance, lettre à Louise Colet, 11-12 juin 1853)
    • C'est bon ! c’est bon ! se décida soudain à balbutier le second pochard en entraînant son compagnon. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Qui se saoule toutes les nuits
      Avec du mauvais vin
      Mais qu’on retrouve au matin
      Dans l’église qui roupille
      Raide comme une saillie
      Blanc comme un cierge de Pâques
      Et puis qui balbutie
      Et qui a l’œil qui divague.
      — (Jacques Brel, Ces gens-là, 1966)
    • Balbutier des excuses.
  2. (Figuré) Agir difficilement.

DérivésModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier