Voir aussi : Banlieue

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français banlieue, issu du latin médiéval banleuca (« espace d’environ une lieue autour d’une ville, sur lequel s’étendait le ban dans la société féodale »). Banlieue est ainsi apparenté à banal, abandon, aubaine, bande, bannir, etc.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
banlieue banlieues
\bɑ̃.ljø\

banlieue \bɑ̃.ljø\ féminin

  1. (Géographie) Étendue de pays qui entoure une ville et qui en est souvent une dépendance.
    • C’était la vilaine limite où l’on commence, par la laideur de la banlieue, à entrer dans l’activité du tourbillon de Paris. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 188)
    • Nous rencontrons dans la banlieue de pauvres jardinets où les indigènes cultivent quelques légumes, et qu’ils ornent de saules, de sureaux et de groseilliers ; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
    • L’opposition souvent faite entre banlieues françaises, réputées populaires et terres d’exclusion, et les banlieues anglo-saxonnes, réputées pavillonnaires et peuplées par les classes moyennes ou riches, est largement fausse. À Paris, la banlieue qui s’est d’abord développée, dans la première moitié du 19e siècle, est la banlieue bourgeoise (Maisons-Laffitte, Le Vésinet…), et c’est pour la desservir que le chemin de fer est apparu (ligne de Paris à Saint-Germain-en-Laye). — (techno-science.net)
    • De l’autre, ce sont les conflits autour de la définition et du contrôle (c’est-à-dire de l’appropriation) d’espaces d’appartenance collective – ce qu’on appelle de plus en plus, sans précision, « les banlieues », ou « les quartiers » (le pluriel sert à distinguer implicitement cette notion, purement politique, du concept spatial qu’est la banlieue ou le quartier…). — (Joseph Morsel avec la collaboration de Christine Ducourtieux, L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat…, 2007)
    • L’autre jour, un ado, dans les clichés de la mode débile des banlieues, parlait à base de « yo » et de « wesh », ne sachant exprimer sa douleur abdominale : le nouveau beauf en quelque sorte ! — (Patrick Pelloux, On ne vit qu'une fois, Le Cherche Midi, 2014)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

HyperonymesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • banlieue sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • banlieue sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(1185)[1]. Composé de ban et de lieue.

Nom commun Modifier

banlieue \Prononciation ?\ féminin

  1. (Géographie) Banlieue (plus précisément, espace autours des villes dans lequel les autorités avaient jurisdiction).
    • Dedens le banlieue n’estra rechus campions loueis contre home de le kemuigne […] — (Le, article féminin en Picardie au moyen âge, 1185[1])

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

ItalienModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du français banlieue.

Adjectif Modifier

Invariable
banlieue

banlieue \Prononciation ?\ masculin invariable

  1. (Gallicisme) Banlieue, étendue de pays qui entoure une ville française et qui en est souvent une dépendance.

Voir aussiModifier

  • banlieue sur l’encyclopédie Wikipédia (en italien)  
  • banlieue dans le recueil de citations Wikiquote (en italien)