baragouiner

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de baragouin, en 1578 barragoiner, barragouiner en 1580[1].

Verbe Modifier

baragouiner \ba.ʁa.ɡwi.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Parler d’une façon incorrecte et inintelligible.
    • Cet homme ne fait que baragouiner.
    • Un nourrisson baragouinait tout seul dans son lit. — (Knut Hamsun, La Faim, traduction de Georges Sautreau, 1961, page 242)
  2. (Familier) (Péjoratif) Parler une langue étrangère devant quelqu’un qui ne la comprend pas.
    • – Mais si la jeunesse ne baragouine que l’allemand ?
      – Elle parle parfaitement français.
      — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
    • Ils m’ont aussi appris bien des mots anglais pour que nous puissions parler ensemble sans que la mère Gassot, qui était curieuse comme une chouette, entendît ce que nous disions ; lui en avons-nous baragouiné des sottises anglaises en pleine figure sans qu’elle pût se fâcher. — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • On ne voit guère la bonne société des environs, la langue étant une barrière, encore que la connaissance du flamand aide quelque peu à baragouiner l'allemand. — (Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, page 89)
    • Ils nous aboyaient pour qu'on apprenne un dialecte d'ailleurs, eux-mêmes baragouinaient des idiomes aux r roulés, qu'on se cachait sous l'eau. On entravait tchi. Carrtantiti carrtantiti, soucrriti soussial... — (Magyd Cherfi, « Conte des noms d'oiseaux », dans Livret de famille, Éditions Actes Sud, 2011)
  3. (Transitif) (Familier) Mal articuler un discours, le prononcer d’une manière inintelligible.
    • L’homme de la radio claque des doigts. Il parle. Je baragouine à mon tour quelques phrases empâtées. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 112)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

ParonymesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier