Voir aussi : Bardot

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’arabe بردعة, barda (« bât, selle »), qui a également donné les noms barda et barde et le verbe barder. Selon le TLFi, ni l’italien bardotto ni l’ancien occitan bordot n’ont servi d’intermédiaire.
Lammens pense que le mot pourrait venir aussi de l'arabe برذون ou بردون bardoun, (« bête de somme au pas lourd »)[1].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bardot bardots
\baʁ.do\

bardot \baʁ.do\ masculin (pour la femelle, on dit : bardine)

 
Bardot
  1. (Zoologie) Équidé hybride produit par l’accouplement d’un cheval et d’une ânesse. → voir mulet, cet hybride d’âne et de jument est plus fréquent.
    • En général, le bardot est stérile, le mâle a cependant des érections et la femelle des chaleurs et il arrive -très rarement- que l’un des sexes soit fécond.
    • Des voitures passaient, passaient toujours, lourdes charrettes, banneaux, carrioles coiffées de leurs bâches, tombereaux traînés par des bardots. — (Octave Mirbeau, Le Calvaire , 1886)
  2. Mulet utilisé pour porter des charges (d'où son nom). L'équivalent pour un cheval se dit roncin.
  3. Mulet qui marche ordinairement à la tête des autres mulets et qui porte le muletier avec ses provisions et ses ustensiles.
  4. (Zoologie) Synonyme de merlu commun (poisson).
  5. (Vieilli) (Figuré) (Familier) Homme sur qui les autres se déchargent de leur tâche ou qu’ils prennent pour sujet de leurs plaisanteries.
    • Ce domestique fait l’ouvrage de tous ses camarades, c’est le bardot de la maison.
    • C’est le bardot de la compagnie.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • bardot sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • bardot sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier

AngevinModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bardot bardots
\Prononciation ?\

bardot \Prononciation ?\ masculin

  1. Massif de schiste de 10 à 15 mètres d’épaisseur servant à retenir les débris de schiste.

Variantes orthographiquesModifier

RéférencesModifier

  • Charles Ménière, Glossaire angevin étymologique comparé avec différents dialectes, Lachèse et Dolbeau, Angers, 1881, page 191 à 562, p. 236 → [version en ligne]