bastonnade

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’occitan bastonada ou de l’espagnol bastonada.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bastonnade bastonnades
\bas.tɔ.nad\

bastonnade \bas.tɔ.nad\ féminin

  1. Volée de coups de bâton.
    • Le 7 septembre 1700, le major lui fit donner une bastonnade de soixante-seize coups de la corde goudronnée et trempée à la mer. Le lendemain, il lui fit donner une seconde bastonnade de quarante-un coups, lui disant : « À demain, à demain ; songe à ce que tu auras à faire. » — (Journal des galères, dans le Bulletin historique et littéraire, Paris, 1869, vol.18, page 237)
    • Dans les premiers âges historiques, on ne voit pas seulement les maîtres frapper et fouetter leurs esclaves ; les rois eux-mêmes administrent le supplice de la bastonnade. — (La bastonnade et la flagellation légales, dans Le Magasin pittoresque, 1854, vol.8, page 54)
    • Qu’est-ce que c’est que cette batterie où vous avez contus de bastonnade un petit vicomte Albert de Ramonchamp ? — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Emprunt du français.

Nom commun Modifier

bastonnade \Prononciation ?\ féminin

  1. Bastonnade.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 36,6 % des Flamands,
  • 26,2 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]