Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de battre avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
battement battements
\bat.mɑ̃\

battement \bat.mɑ̃\ masculin

  1. Action de battre, en parlant des choses.
    • Onze heures sonnaient à Saint-Germain-l’Auxerrois. Maurevel compta l’un après l’autre chaque battement de marteau qui retentissait vibrant et lugubre dans la nuit, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, vol. I, ch. VII)
    • S'accompagnant de son gimbri, il nous chante, d'une voix tantôt gutturale, tantôt nasillarde, d’interminables mélopées, que l’assistance reprend aux refrains avec des battements rythmiques des mains. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 33)
    • Mais voilà que, tout d’un coup, je me suis dressé, chancelant, dans un grand battement de mon cœur comme dans un battement d’ailes […] — (Henri Barbusse, L’Enfer, ch. I, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Il fallut que Graux confirmât l'ordre d'un battement de paupières et elle s'en fut en dansant presque, sans savoir pourquoi elle était joyeuse. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. III, Gallimard, 1937)
    • Le tambour, avec une monotonie obsédante, reprend inlassablement ses battements cadencés. — (Out-el-Kouloub, Zariffa, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. (Danse) Mouvement en l’air qui se fait avec une jambe, tandis que l’autre soutient le poids du corps.
  3. (Escrime) Attaque qui commence par un coup léger donné sur l’épée de l’adversaire.
    • Pardaillan, d'un battement sec, fit dévier la rapière dont la pointe érafla son pourpoint. — (Michel Zévaco, La Fausta, ch. XX, 190×, Arthème Fayard, coll. “Le Livre populaire” #36, 1908)
  4. (Arts) Montant fixé à l’un des battants qui recouvre la jonction des deux battants ; du Montant fixe sur lequel viennent s’appuyer, quand on les ferme, les deux battants d’une porte, d’une grille ; de la Petite pièce métallique qui reçoit le choc d’une persienne et sert à l’arrêter.
  5. (Horlogerie) Secousse produite par l’oscillation du pendule d’une horloge.
  6. (Vieilli) Oscillation ; vibration.
    • Chaque diapason est monté sur sa caisse de résonnance[sic] et vibre assez longtemps pour qu'on puisse compter les battements pendant une minute et demie. — (Rudolf König, Catalogue des appareils d'acoustique, p.8, 1865)
  7. (Géologie) (Hydrologie) Variation de niveau fréquente, régulière.
    • La nappe est présente toute l’année, elle est liée à une position topographique basse et souvent en situation alluviale, à proximité d’un ruisseau ou d’une rivière ; même en été, on pourra la rencontrer, mais généralement plus profondément qu’en période hivernale, la zone dite de « battement de la nappe » montrant alors des taches ocre sur fond gris-bleuâtre. — (Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) Grand Est, Les milieux forestiers de la Plaine lorraine, juin 2016 → lire en ligne)
  8. (Médecine) Mouvement alternatif de dilatation et de resserrement du cœur, du pouls, des artères.
    • L'arythmie cardiaque est un rythme cardiaque différent du rythme sinusal normal. Il peut se manifester par une tachycardie (battements rapides), une bradycardie (lent) ou par un rythme irrégulier tel que lors d'une fibrillation atriale ou des extrasystoles. — (Trouble du rythme cardiaque sur l’encyclopédie Wikipédia  )
  9. (Physique) (Au pluriel) Maxima d’intensité qu’on entend entre deux sons émis.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • battement sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier