baudruche

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Appartient à la racine indo-européenne bod-, désignant quelque chose d’enflé, de gonflé, de boursouflé, suivie du suffixe -usca.
La racine indo-européenne bod- est présente dans de nombreux mots français (→ voir boudin, bouder, bedon, bedaine et bidon), ou dialectaux comme boudifle (« ampoule »), baudru (« ventru »), etc.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
baudruche baudruches
\bo.dʁyʃ\

baudruche \bo.dʁyʃ\ féminin

  1. Pellicule de boyau de bœuf ou de mouton qui sert à recouvrir ou à fabriquer certains objets.
    • Un ballon en baudruche.
    • On bat l’or entre deux feuilles de baudruche pour le réduire en poudre.
    • on apercevait quelques pots de faïence sans anse, un parasol chinois en baudruche à figures, crevé çà et là, — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1866)
    • Il gloussait maintenant. Ça sortait par petits jets obscènes comme de ces baudruches de foire qu'on dégonfle. — (Robert Merle, Week-end à Zuydcoote, 1949, réédition Le Livre de Poche, page 53)
  2. (Figuré) (Péjoratif) Personne qui n’a que les apparences des mérites qu’on lui prête et qui se dégonfle aisément.
    • Un grand homme en baudruche.

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier