BretonModifier

ÉtymologieModifier

D’un proto-celtique *battā, auquel se rattachent le gallois bathu (« battre [monnaie] »), l’irlandais bás et le gaélique écossais bàs (« mort »), le vieil-irlandais bathach (« moribond »), le gallo-romain battuere (d’où le français battre). Voir l’anglo-saxon beada (« combat »)[1].

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel
Non muté bazh bizhier
Adoucissante vazh vizhier
Durcissante pazh pizhier

bazh \ˈbɑːs\ féminin

  1. Bâton.
    • Petra nʼeo ket bet kap an Aotrou Doue dʼober ? - Ur vaz ha nʼhe-dije nemed ur penn. — (Jules Gros, Le trésor du breton parlé (Éléments de stylistique trégorroise) - Troisième partie - Le style populaire, 1974, page 332)
      Quʼest-ce que le Bon Dieu nʼa pas été capable de faire ? - Un bâton qui nʼait quʼun bout.
    • N’eo ket taolioù teod hepken, ’ta, eo a bakin, ’m eus aon ; taolioù bazh am bo ivez, war ar marcʼhad. — (Yann-Vari Perrot, E-tal ar poull, in C’hoariva brezhonek - Pemp pezh-c’hoari berr, Skridoù Breizh, 1944, page 42)
      Ce ne sont pas que des coups de langues que je prendrai, je le crains ; j’aurai aussi des coups de bâton, par-dessus le marché.
    • Ha setu-int da cʼhoari gant o bizhier hag o skourjezoù. — (Fañch an Uhel, Kontadennoù ar Bobl /3, Éditions Al Liamm, 1988, page 206)
      Et voila qu’ils jouent de leurs bâtons et de leurs fouets.

DérivésModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier