Français modifier

Étymologie modifier

(Siècle à préciser)  Composé de beau et de temps.

Locution nominale modifier

Singulier Pluriel
beau temps beaux temps
\bo tɑ̃\

beau temps \bo tɑ̃\ masculin

  1. (Sens propre) Climat, temps ensoleillé et chaud.
    • Le baromètre est en baisse, mais le ciel s'éclaircit vers le Sud où je pressens le beau temps. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. (Sens figuré) (Familier) Période propice.

Dérivés modifier

Proverbes et phrases toutes faites modifier

Traductions modifier

Antonymes modifier

Locution adverbiale modifier

beau temps \bo tɑ̃\ invariable

  1. Longtemps.
    • Il y a beau temps qu’elle ne produit plus un architecte ; les gens qui s’affublent de ce nom sont des cambrousiers, des maçons dénués de toute personnalité. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La Moussotte n'avait pas été le moins du monde émue de l'absence prolongée de « son homme » ; il y avait beau temps qu'elle était habituée à ces bordées, si régulières qu'elles en étaient presque devenues réglementaires. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Elle semblait avoir oublié l’heure avancée, sinon pour dire : « Voilà beau temps que les gens dorment ! » et prendre un ton plus rapide, plus abandonné et plus frémissant. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 237)
    • — Mais j’ai quitté Paris il y a beau temps. Mon mari l’a exigé absolument. J’ai dû abandonner mon travail, mes relations. — (Antoine Blondin, L’Europe buissonnière, 1949)
    • — Je croyais que tu dormais.
      — Non, il y a beau temps que je suis réveillée.
      — (Bernard Clavel, Les Fruits de l’hiver, Robert Laffont, 1968)

Variantes modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes