BretonModifier

ÉtymologieModifier

De Belgia (« Belgique ») avec le suffixe -at.

Adjectif Modifier

Nature Forme
Positif belgiat
Comparatif belgiatocʼh
Superlatif belgiatañ
Exclamatif belgiatat

belgiat \bɛl.ˈɡiː.at\

  1. Belge.
    • Hag e Belgia ne vo pezh “2€ Waterloo” ebet, dre m’hen deus ar gouarnamant belgiat asantet plegañ. — (Paol Mingant, Waterloo 2015 : trecʼh ar Frañs ? in Ya !, niv. 510, 20 Meurzh 2015, p. 9)
      Et en Belgique il n’y aura pas de pièce de "2 € Waterloo", car le gouvernement belge a accepté de céder.
    • Evel ma skrive ar gelaouenn « L’Ordre » (7 du 1933) : « Setu aman ar wirionez : n’eus ket a lennegez velgiat. Bez’ ez eus skrivagnerien, belgiat dre ar vroadelez, a skriv e galleg hag a zo eta stag ouz al lennegez cʼhall, ha re hag a skriv e flandrezeg, hag a zo stag ouz al lennegez izelvroat... » — (Droukverz al "Lennegez Velgiat Gallek", in Gwalarn, niv. 70, Gwengolo 1934, p. 45)
      Comme l’écrivait le journal « L’Ordre » (7 novembre 1933) : « Voici la vérité : il n’y a pas de littérature belge. Il y a des écrivains, belges par la nationalité, qui écrivent en français et qui sont rattachés à la littérature française, et ceux qui écrivent en flamand, et qui sont rattachés à la littérature néerlandaise... »

Apparentés étymologiquesModifier