AllemandModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

Mode ou
temps
Personne Forme
Présent 1re du sing. ich belle
2e du sing. du bellst
3e du sing. er bellt
Prétérit 1re du sing. ich bellte
Subjonctif II 1re du sing. ich bellte
Impératif 2e du sing. bell, belle
2e du plur. bellt
Participe passé gebellt
Auxiliaire haben
voir conjugaison allemande

bellen \ˈbɛlən\ (voir la conjugaison)

  1. Aboyer.
    • Der Hund bellte die ganze Nacht.
      Le chien aboyait toute la nuit.
    • Detlef kann ausgezeichnet Tierstimmen imitieren: Er gackert wie ein Huhn, schnattert wie eine Ente, wiehert wie ein Pferd oder bellt wie ein Hund.
      Detlef sait imiter les voix d’animaux excellemment : Il caquette comme une poule, nasille comme un canard, hennit comme un cheval ou aboie comme un chien.

SynonymesModifier

AntonymesModifier

DérivésModifier

HyponymesModifier

PrononciationModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

bellen \Prononciation ?\ intransitif & transitif

Présent Prétérit
ik bel belde
jij belt
hij, zij, het belt
wij bellen belden
jullie bellen
zij bellen
u belt belde
Auxiliaire Participe présent Participe passé
hebben bellend gebeld
  1. Téléphoner, appeler, donner un coup de téléphone, un coup de fil.
    • Zich laten bellen.
      Se faire rappeler.
  2. Sonner, sonner à la porte.
    • Er wordt gebeld.
      On sonne.

SynonymesModifier

téléphoner

sonner

DérivésModifier

Forme de nom commun Modifier

bellen \Prononciation ?\

  1. Pluriel de bel.

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 99,2 % des Flamands,
  • 99,6 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]