FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIV) Emprunt au latin classique bellĭcus, (« de guerre, guerrier »[1]), dérivé de bellum, (« guerre »). Mot très usité au XVIe siècle, aujourd’hui complètement tombé en désuétude.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
bellique belliques
\bɛ.lik\
 
Une scène bellique. (1)
 
La Colonne Vendôme est une colonne bellique[2].

bellique masculin et féminin identiques

  1. (Littéraire) (Désuet) De guerre, relatif à la guerre.
    • Quoi ! cette âme enhardie
      Au hâle, au sable ardent, craint le champ soleilleux ?
      Que ne va-t-il bellique
      Jouter avec ses pairs, soumettre au loup dompteur
      Un étalon gallique ?
      — (Horace, trad. Ulysse François Ange comte de Séguier, Odes, ode I.8 « À Lydie », A. Quantin, 1883)
    • Un ouvrage récent a magistralement rappelé la présence structurelle de l’activité bellique dans le développement des institutions communales italiennes aux xiie et xiiie siècles. — (Armand Jamme, « Mécanismes dirigés, mécanismes spontanés : Notes sur les réseaux de travail des cavaliers d’Outremont en Italie (xiiie-xive siècles) », Espaces et réseaux en Méditerranée (vie-xvie siècle), I, La configuration des réseaux, 2007 pages 177-204)
  2. (Architecture) Colonne bellique, colonne dont le fût est en forme de canon.
    • On nomme colonne bellique, celle dont le fût Toscan, ou Dorique, imite la forme d’un canon telles que les colonnes de pierre qu’on voit à la porte de l’Arsénal, du coté du quai des Célestins a Paris. — (J.F. Blondel, Cours d’architecture ou Traité de la Décoration, Distribution & Construction des bâtiments, 1771, Avec Approbation, & Privilége du Roy)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  1. Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 → consulter cet ouvrage
  2. Darnis, Autour de la colonne de la grande armée
  L’entrée en français a été sélectionnée comme bonne entrée représentative d’une qualité standard pour le Wiktionnaire.
Vous pouvez consulter la page de discussion, la page Wiktionnaire:Évaluation ou la liste des bonnes entrées.

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIVe siècle) Emprunt au latin classique bellĭcus, (« de guerre, guerrier »[1]), dérivé de bellum, (« guerre »). Mot très usité au XVIe siècle.

Adjectif Modifier

bellique masculin et féminin identiques

  1. De guerre, relatif à la guerre.
    • Le lion jeune le vieux surmontera ;
      En champ bellique par singulier duelle,
      Dans cage d’or ses yeux lui crèvera,
      Deux plaies une, puis mourir, mort cruelle.
      — (Nostradamus, 35e quatrain de la 1re centurie, qui aurait annoncé la mort d’Henri II dans un tournoi.)
    • Il est bien certain que la récompense de l’ordre ne touchait pas, au temps passé, seulement la vaillance ; elle regardait plus loin : ce n’a jamais été le payement d’un valeureux soldat, mais d’un capitaine fameux ; la science d’obéir ne méritait pas un loyer si honorable. On y requérait anciennement une expertise bellique plus universelle, & qui embrassât la plupart & les plus grandes parties d’un homme militaire... — (Michel de Montaigne, Essais, livre II, chap VII)

RéférencesModifier

  1. Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 → consulter cet ouvrage

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIV) Emprunt au latin classique bellĭcus, (« de guerre, guerrier »[1]), dérivé de bellum, (« guerre »).

Adjectif Modifier

bellique masculin et féminin identiques

  1. Guerrier, relatif à la guerre, militaire.
    • Liquelz etoit absous et quittes de toutes charges belliques et civiles — (Pierre Bersuire (v. 1300-1362), traduction de Tite-Live, feuillet n°140)

Variantes orthographiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

RéférencesModifier

  1. Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 → consulter cet ouvrage