Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Évolution du latin benedictus (béni).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin benoît
\bə.nwa\

benoîts
\bə.nwa\
Féminin benoîte
\bə.nwat\
benoîtes
\bə.nwat\

benoît \bə.nwa\ (orthographe traditionnelle)

  1. (Du XIIe au XIXe siècle) Béni, bienheureux.
    • Voyez-vous, monsieur le Curé, vous êtes trop benoît : plus on demande, plus on reçoit. Vous devriez commander une provision de cierges de tout calibre qu’on allumerait devant le tabernacle ou la statue du Saint. Les deniers de l’Église en tireraient bénéfice et ce ne serait pas un mal. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Vieilli) (Péjoratif) Onctueux, de façon hypocrite et en se donnant un air vertueux ou supérieur.
    • Il y en avait plus d’une cinquantaine, et autant de commissaires vigilants pour les encadrer et veiller au grain — on n’avait jamais vu, jusqu’alors, d’agent-espion d’un camp adverse se déguiser en cameraman pour une tentative d’agression-suicide sur la personne d’un champion, mais l’éventualité n’était pas exclue… mieux valait compter avec les dangers « impossibles » que de pêcher par négligence et payer trop de confiance benoîte par la mort d’un champion. — (Pierre Pelot, La Guerre olympique, 1980, page 42)
    • Sous ses airs benoîts, il cache un caractère d’acier.

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier