Voir aussi : Bergerie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de berger, avec le suffixe -erie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bergerie bergeries
\bɛʁ.ʒə.ʁi\

bergerie \bɛʁ.ʒə.ʁi\ féminin

  1. Lieu où l’on enferme un troupeau de moutons, de brebis.
    • Sous le ciel pâlissant, les bâtiments de la Borderie sommeillaient encore, à demi sombres, trois longs bâtiments aux trois bords de la vaste cour carrée, la bergerie au fond, les granges à droite, la vacherie, l’écurie et la maison d’habitation à gauche. — (Émile Zola, La Terre, deuxième partie, chapitre I)
    • La bergerie était longue, la grange était haute. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857)
  2. (Littéraire) (Vieilli) Poème ou récit bucolique mettant en scène les amours des bergers et des bergères.
    • [L’auteur] a laissé railler ses bergeries comme il avait laissé railler tout le reste, sans s’inquiéter des arrêts de certaine critique. — (George Sand, Notice de La Petite Fadette, 1849)
    • Au point où l’Île-de-France, le Valois et la Picardie se rencontrent, —divisés par l’Oise et l’Aisne, au cours si lent et si paisible, il est permis de rêver les plus belles bergeries du monde. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier