betterave

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Combinaison de bette (qui vient du grec ancien) et de rave (qui vient du latin rapa).
Attesté sous la forme « bette-rave » en 1600[1]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
betterave betteraves
\bɛt.ʁav\

betterave \bɛt.ʁav\ féminin

 
La bette à côtes rouges est une betterave (Beta vulgaris).
 
Une betterave fourragère.
 
Des betteraves rouges.
  1. Variété de bette à racine charnue.
    • Il y a des betteraves blanches, il y en a de jaunes, de rouges, et de marbrées, et quelquefois la pellicule est rouge et la chair est blanche. — (Jean-Antoine Chaptal, Mémoire sur le sucre de betterave, Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 1, 1818, pp. 347-388))
    • Au milieu des champs de blé et de betteraves, le coron des Deux-Cent-Quarante dormait sous la nuit noire. — (Émile Zola, Germinal - Partie I)
    • La France inventa le sucre de betterave lorsque le sucre de canne vint à manquer, à la suite du blocus continental. — (Pierre Kropotkine, La Conquête du pain : La décentralisation)
    • Lorsque l'on fait cuire les betteraves au four, et c'est la meilleurs façon de les cuire, il faut d'abord les laver à l'eau-de-vie commune. — (Alexandre Dumas, Petit dictionnaire de cuisine)
    • Dès sa première communion, gagé par l'un ou par l'autre, gardeur de chèvre, ou de vaches, aide-berger, sarcleur de betteraves, bûcheron à l'occasion, il était sans l'avoir appris devenu habile […]. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 18)
    • Depuis 1916-24, les betteraviers profitent de la « parité » : le même prix leur est payé par l’État pour leurs betteraves, qu'elles servent à fabriquer du sucre ou qu'il y ait distillation en alcool. — (Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Éditions Economica, 1987)
    • J'aimais ça biner les betteraves, c'était mon dada, ma vie. C'était un plaisir pour moi de démarier les betteraves. On commençait le 15 avril. — (Catherine Vigor, Maurice: garde-chasse en Picardie, 2000, page 24)
    • Avec un camarade et un cousin, il s’est fait engager à Ozoir-la-Ferrière, où il s’en va biner, pendant six semaines, la betterave. — (Rosa Moussaoui, Zéphyrin Camélinat (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme, dans L'Humanité, 7 septembre 2011)
    • Les habitants parmi les plus malheureux sont arrivés au point de se faire cuire des betteraves pour manger. — (Louise Monaux et Bruno Deblander, 14-18 – Apocalypse en Belgique , Éditions Racine, 2013, page 73)
  2. (Argot) Idiot[2].
  3. Vin rouge[2].

DérivésModifier

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   betterave figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : beurre, légume.

HyperonymesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Nota : de nos jours « betterave » est souvent prononcé \bɛ.tʁav\ plutôt que \bɛt.ʁav\.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. « Une espèce de pastenades est la bette-rave, laquelle nous est venue d'Italie n'a pas longtemps. C'est une racine fort rouge, assez grosse, dont les feuilles sont des bettes, et tout cela bon à manger, appareillé en cuisine : voire la racine est rangée entre les viandes délicates, dont le jus qu'elle rend en cuisant, semblable à sirop de sucre, est très beau à voir pour sa vermeille couleur. » -- Le théâtre d'agriculture et mesnage des champs, Olivier de Serres (1600).
  2. a et b http://www.languefrancaise.net/bob/liste.php?motsclef=betterave&submit=Gi!&moduless=siterech&exact=1