Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du biélorusse тарашкевіца, taraškievica, adjectif dérivé de Тарашкевіч, Taraškievič, par allusion à la langue décrite dans le livre Grammaire scolaire biélorusse, écrit en 1918 par Branislav Taraškevič.

Nom commun Modifier

tarashkévitsa \ta.ʁaʃ.ke.vi.tsa\ féminin singulier

  1. (Linguistique) Variante du biélorusse, réprimée pour son côté « bourgeois, antirévolutionnaire », durant le régime soviétique.
    • Aujourd’hui en Biélorussie il existe deux langues officielles : le russe et le biélorusse. La constitution garantit aux Biélorusses l’usage des deux langues. Mais en réalité la majorité de la population parle soit russe, soit la « trasjanka », qui est un mélange de russe et de biélorusse. Il n’existe d’ailleurs pas d’université biélorussophone. La langue biélorusse elle-même possède deux variantes : la tarashkévitsa et la narkomovka. — (L’édification linguistique en URSS : l’imaginaire et le choc du réel, en ligne, Lausanne)
    • Aujourd’hui la taraškevica est surtout utilisée par les élites culturelles de la Biélorussie, alors que la narkomovka tend à disparaître. Ainsi, même si le biélorusse a le même statut que le russe, un seul un nombre restreint de la population le parle. Le russe et la trasjanka restent donc les idiomes les plus parlées en Biélorussie. — (id.)

VariantesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier