FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de biaiser avec le suffixe -eur.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin biaiseur
\bjɛ.zœʁ\

biaiseurs
\bjɛ.zœʁ\
Féminin biaiseuse
\bjɛ.zøz\
biaiseuses
\bjɛ.zøz\

biaiseur \bjɛ.zœʁ\

  1. Qualifie ce qui biaise, ce qui est bâti sur les faux-fuyants.
    • Nous le verrons conservant, dans cette nouvelle position, ses habitudes biaiseuses. Nous le verrons, à la guerre comme en politique, éviter sans cesse de se trouver en face des difficultés, chercher à les tourner plutôt qu'à les attaquer, et se poser en tout cas de façon à ce que leur solution engage la responsabilité d'autrui, si elle est mauvaise, et ne profite qu'à lui si elle est favorable. — (Espartero: études biographiques nécessaires a l'intelligence des fait qui ont préparé et déterminé la dernière Révolution d'Espagne, chap. 1, Paris : cher Bohaire & chez G.-A. Dentu, 1841, page 12)
    • Aussi, désireux de faire connaître à nos abonnés le procédé de notre Rhodomane , qui tenait essentiellement à ne pas s'en dessaisir, je hasardai certaines questions biaiseuses pour lui en arracher quelques parcelles. — (F. Herincq, « Un mot sur la manière d'avoir de grandes roses », dans L'Horticulteur français de mil huit cent cinquante et un, Paris : au bureau du journal, 1852, page 203)
    • Cette biaiseuse façon d'analyser sa destinée, il la devait à ses lectures compulsives de saint Augustin. — (Gérard-Fernand Bianchi, Cœtera..., chez l'auteur /Lulu.com, s. d., page 132)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
biaiseur biaiseurs
\bjɛ.zœʁ\

biaiseur \bjɛ.zœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : biaiseuse)

  1. Celui, celle qui a tendance à biaiser ou qui use volontiers de faux-fuyants.
    • Ainsi, les pouvoirs de Harcourt, dressés hâtivement à Saint-Germain, où la cour était en camp volant ne portant point d'adresse au Parlement, des timides, des biaiseurs s'en étaient fait un moyen de palais, une fin de non-recevoir sur laquelle ils avaient incidenté à perdre baleine. — (Amable Floquet, Histoire du parlement de Normandie, tome 5, Rouen : Imprimerie de Nicétas Periaux, s.d. (1840-1842), p. 199)
    • Si un système échoue faute de capacités pratiques, loin de chercher à le remplacer par un autre plus propice, les biaiseurs veulent à toute force qu'il puisse fonctionner, pourvu qu'on lui fasse suivre une direction oblique, d'eux seuls connue. — (Jean Barberet, Les grèves et la loi sur les coalitions, Paris : Librairie de la Bibliothèque ouvrière, 1873, p. 115)
    • D'abord, il est impossible de biaiser avec elle. Essaie et tu verras. Et c'est bien ce qu'il te faut puisque tu es un biaiseur. Oh, pour biaiser tu as réussi des coups fumants. — (Rachel Ertel, Le roman juif américain: une écriture minoritaire, Éditions Payot, 1980, page 181)
    • C’est un biaiseur, un pinailleur, un coupeur de cheveux en quatre. — (Paul Durand, On ne revient jamais de Madagascar: Lasa Olonbelona, Éditions Karthala, 2002, p. 55)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier