Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Emprunté à l’anglais bitch.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bitch bitchs
\bitʃ\

bitch \bitʃ\ féminin

  1. (Anglicisme) (Vulgaire) Chienne, chipie, garce, rosse.
    • J’ai passé la journée avec une meuf terrible, une bitch de magazine, beaucoup plus bonne que la plus bonne de tes copines ! Donc je te laisse imaginer la suite, je te fais pas un dessin, ça risque d’être censuré dans le clip. — (Suprême NTM, La Fièvre, 1995)
    • Les femmes sont toutes des bitchs, dit l’une. — (Andrée Boucher, Quand je serai grande, je serai sage, 1996)

DérivésModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

  • bitch sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen anglais biche, bicche, lui-même issu de l’anglo-saxon bicce.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bitch
\ˈbɪtʃ\
bitches
\ˈbɪtʃ.ɪz\

bitch \ˈbɪtʃ\

  1. (Vieilli) Chienne (femelle du chien).
  2. (Archaïsme) (Injurieux) Pute[1].
  3. (Péjoratif) (Vulgaire) (Injurieux) Chipie, garce, rosse. Femme désagréable.
  4. (Vulgaire) Plainte injustifiable.

NotesModifier

Ce mot a déjà perdu la connotation sexuelle (sens 2) et signifie une femme désagréable (ou parfois un homme), mais il reste encore vulgaire.

DérivésModifier

Verbe Modifier

Temps Forme
Infinitif to bitch
\ˈbɪtʃ\
Présent simple,
3e pers. sing.
bitches
\ˈbɪtʃ.ɪz\
Prétérit bitched
\ˈbɪtʃt\
Participe passé bitched
\ˈbɪtʃt\
Participe présent bitching
\ˈbɪtʃ.ɪŋ\
voir conjugaison anglaise

bitch \ˈbɪtʃ\

  1. (Familier) (Vulgaire) Râler, se plaindre.

PrononciationModifier

  • États-Unis (Californie) : écouter « bitch [bɪtʃ] »

ParonymesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Geoffrey Hughes, Encyclopedia of Swearing: The Social History of Oaths, Profanity, Foul Language, and Ethnic Slurs in the English-Speaking World, 2006 :
    The early applications were to a promiscuous or sensual woman, a metaphorical extension of the behavior of a bitch in heat. Herein lies the original point of the powerful insult son of a bitch, found as biche sone ca. 1330 in Arthur and Merlin … while in a spirited exchange in the Chester Play (ca. 1400) a character demands: “Whom callest thou queine, skabde bitch?” (“Who are you calling a whore, you miserable bitch?”).