Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Probablement du Black Blanc Beur, une compagnie de danseurs fondée en 1984, nommée ainsi pour l’allitération. Ce mot est ensuite popularisé quand l’équipe de France de football multiethnique gagne la Coupe du Monde de football de 1998.

Adjectif Modifier

black-blanc-beur \blak blɑ̃ bœʁ\ invariable

  1. Multiracial en parlant de la France, comprenant les blacks (les Noirs), les blancs et les beurs (les Nord-Africains), signifiant l’intégration plutôt que la séparation.
    • Après l’hystérie collective du 12 juillet 1998, la presse dans son ensemble et un grand nombre d’intellectuels saluaient sans mesure la victoire de l’équipe black-blanc-beur de football, l’intégration réussie et la nation réconciliée. — (Michel Caillat, Foot : le ballon de l’intégration se dégonfle, Libération, 2004)
    • L’équipe championne du monde de 1998, cette équipe "black-blanc-beur" des Thuram, Barthez et Zidane avait paru durant quelques mois symboliser une France capable de faire de son métissage une force collective. — (Chronique d’une déroute annoncée, Le Monde, 2010)
    • Avant, on reprochait à la pub de ne pas être représentative des « minorités visibles », de ne pas être assez « black-blanc-beur ». — (Alexandre Debouté, « Venez comme vous êtes », Le Figaro, 2011)

TraductionsModifier

PrononciationModifier