Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1862)[1] Première attestation sous la forme tête de boche (« tête de bois, personne stupide »)[2] dans le patois messin ; étymologie discutée :
  1. peut-être issu de caboche (« tête ») par aphérèse[1] ; contre cette hypothèse le fait que si boche, caboche signifie « tête », tête de boche est une redondance peu usuelle ;
  2. variante dialectale de bois, bûche, bûche signifiant aussi « personne stupide, lourde »
  3. Le sens de « allemand », attesté en 1886[1], est issu du précédent ou aphérèse de alboche (« allemand », attesté avant 1870[1]), ce dernier étant :
    1. dérivé de allemand avec le suffixe -boche[1] ;
    2. la déformation de altdeutsch[2][3] (« vieux allemand ») selon une enquête et un article de L’Est républicain datant de 1914 ; altdeutsch était entendu par les Français comme Alldoche devenu Alboche[3].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
boche boches
\bɔʃ\
 
Mémorial de la Résistance qui utilise cette dénomination.

boche \bɔʃ\ masculin et féminin identiques

  1. (Populaire) (Péjoratif) Allemand.
    • Sous la lumière de la suspension, Puech regardait sa femme maigrie, pâlie, les yeux creusés. Boche ! Il en avait tué des Boches ! Il avait tué des hommes qui avaient quitté leur travail pour venir tuer et mourir; on lui avait donné une médaille ; on lui avait coupé une jambe. — (Marcel Martinet, La maison à l’abri, 1918)
    • Les Boches préparaient un « sale » coup, et Luc, de quart au périscope, avait donné l’alerte à sa tranchée. Presque aussitôt le bacchanal se déchaîne : les obus pleuvent, les parapets sautent. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p. 155)
    • Leurs premiers mots furent des moqueries à l'encontre du boche, du chleuh, du vert-de-gris, du doryphore, chacun y allant d'un sobriquet le plus méprisant possible pour qualifier l'allemand pincé par une étrille. — (Philippe Lhommet, Cauchois d'hier et d'autrefois, TheBookEdition, 2013, page 153)
    • Je dis pas que, moi, je serais allé jusqu'à fricoter avec les Boches. Même si les Français étaient des veaux, j'aurais pas pu m'empêcher d'être de leur côté. On a sa fierté. — (Tony Cartano, Schmutz, Grasset, 1987)
    • Cet été 1911 était aussi chaud politiquement. Les Allemands, que l’on commençait à surnommer « Allémoches, billes de bois, billes de boches » ou simplement « Boches », avaient des exigences pressantes. — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 193.)

VariantesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
boche boches
\bɔʃ\

boche \bɔʃ\ masculin et féminin identiques

  1. (Populaire) (Péjoratif) Relatif aux Boches, aux Allemands.
    • Il y a eu un soviet boche à Givet, qui a condamné ses officiers à mort. — (Marcel Berger et Paul Allard, Les dessous du traité de Versailles, 1933)
    • Je vais à communion dans un petit village perdu et démoli par les obus boches. — (Correspondance d'Eugène Defat, 17 août 1915, in Louise Monaux et Bruno Deblander, 14-18, Apocalypse en Belgique – Récits de patriotes, Éditions Racine, 2013, page 93)

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin bucca.

Nom commun 1 Modifier

boche \Prononciation ?\ féminin

  1. (Anatomie) Bouche.
    • Li cons Rolans a sa boche sanglente,
      De son cervel li est rompue la temple ;
      L’olifant souc à travail et à pene :
      Karlles l’oï qi l’entent à grant peine.
      — (La Chanson de Roland)

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

Nom commun 2Modifier

boche \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de bouge.

RéférencesModifier