FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verbe 1) Dénominal de bombe avec le suffixe -er.
(Verbe 2) De l’occitan bombar (« bondir », « rebondir », « frapper » )[1].
(Nom commun) (XXe siècle) De l’anglais bomber, bomber jacket (« blouson de bombardier »).

Verbe 1 Modifier

bomber \bɔ̃.be\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se bomber)

 
Le graffeur Namasté bombe un graffiti.
  1. Rendre convexe, cintrer comme une bombe, arrondir.
    • Bomber un chemin, une rue, un ouvrage de sculpture, d’orfèvrerie, de menuiserie, etc. — Bomber le dos, l’échine, les épaules.
    • le pharmacien, avec son fils Napoléon entre ses jambes, bombait sa main contre son oreille pour ne pas perdre une seule syllabe. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Quelques restes d’antiquité font plaisir ; une promenade de vieux arbres, çà et là une grosse charmille qui bombe, une église à deux clochers ardoisés, simple et grave comme une religieuse. — (Hippolyte Taine, Carnets de voyage : Notes sur la province, 1863-1865, Hachette, 1897)
    • Les rues qui partent du quai se noient très vite dans les terrains vagues, dans les champs d’épandage où bombent les monceaux d’ordure de la ville. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 53)
    • Les bourgerons blancs bombaient sur le dos au-dessus du cou, comme les blouses des paysans, le dimanche matin, après la messe. — (Jean Guéhenno, Journal d’un homme de 40 ans, Grasset, 1934, réédition Le Livre de Poche, page 177)
    • Un soir, on s’installe pour dîner dans la salle à manger de l’hôtel encore à demi vide, près d’une fenêtre ouverte qui donne sur la digue. Le vent du large bombe les rideaux. — (Marguerite Yourcenar, Archives du Nord, Gallimard, 1977, pages 212-213)
  2. (Pronominal) Devenir convexe.
    • Ce parquet se bombe par l’humidité.
    • Si on bougeait la lanterne, je distinguais le cheval de Golo qui continuait à s’avancer sur les rideaux de la fenêtre, se bombant de leurs plis, descendant dans leurs fentes. — (Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Gallimard, 1919)
  3. (Pronominal) (Populaire) Espérer en vain ; se gratter. — Note : Il est utilisé à l’infinitif et est précédé du verbe pouvoir, qui lui, est conjugué.
    • Inutile ! tu en as du toupet ; sans moi, il filait bel et bien et on pouvait se bomber pour le revoir. — (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai touché du fric, justement, mais il peut se bomber pour en voir la couleur. — (Léo Malet, L’Ours et la Culotte, 1955, chapitre VIII)
  4. (Argot) Taguer, faire un graffiti, peindre avec une bombe aérosol de peinture.
    • En sortant de l'école, Benoît a tout de suite su ce qu'il voulait peindre : il voulait perdurer dans le mouvement du graffiti art, il était très actif, bombait des fresques à l'ancienne comme dans les années 90. — (Nora Hamdi, La Couleur dans les mains, Éditions Léo Scheer, 2017)
    • Robert les frottait soigneusement, les passait au papier de verre et les bombait de peinture. — (Patti Smith , Just Kids, traduit de l'anglais par Héloïse Esquié, Éditions Denoël, 2018)
    • Ils bombent à la peinture rose les visons des baronnes qui snobent la torture animale. Ils portent les colliers de leurs ienchs pour se sentir aussi bêtes qu'eux. — (Voto, Chair punk, Paris : Fauves éditions, 2018, p. 32)
  5. (Horticulture) Charger une plate-bande de terre afin de le rendre convexe.

Quasi-synonymesModifier

Devenir convexe

DérivésModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

 
Un homme en train de bomber un autre homme. (2)
 
Des personnes en train de bomber. (3)

bomber \bɔ̃.be\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Familier) Être rapide, faire vite, aller vite. → voir foncer
    • Je confie le loustic à mes hommes mandés dare-dare et, escorté de Pinaud, légèrement désenvapé, je bombe chez le cher Béru. — (San-Antonio,·Berceuse pour Bérurier)
    • Je bombe à l’allure d’une fusée téléguidée jusqu’aux bâtiments des assistants et je sonde leurs façades en espérant y trouver de la lumière. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Le Secret de Polichinelle, Fleuve Noir, 1958, page 83)
  2. (Argot) (Familier) Frapper, tabasser.
    • Tu vas t’faire bomber. — (Jul, Lacryzeotiek, 2017)
  3. (Argot) Faire la fête, se débaucher, faire une bombe.

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bomber bombers
\bɔ̃.bœʁ\
 
Bomber jacket MA-1

bomber \bɔ̃.bœʁ\ masculin

  1. (Anglicisme) (Habillement) Blouson militaire (à usage civil répandu).
    • Les premiers bombers datent du début des années 1950, en nylon de couleur bleu marine ou vert olive avec une poche zippée sur la manche.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. F. Vernet, Que dalle ! Quand l’argot parle occitan, Bouloc : IEO Edicions, 2007

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

De bomb, avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

 
bomber (3)
Singulier Pluriel
bomber
\ˈbɒm.ə\
ou \ˈbɑ.mɚ\
bombers
\ˈbɒm.əz\
ou \ˈbɑ.mɚz\

bomber \ˈbɒm.ə(ɹ)\ (Royaume-Uni), \ˈbɑ.mɚ\ (États-Unis)

  1. Artilleur.
  2. Poseur de bombes.
  3. (Aéronautique) (Militaire) Bombardier.
  4. (Marine) (Argot) Sous-marin nucléaire lanceur d’engins, dans le jargon des marins britanniques.

SynonymesModifier

Sous-marin :

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   bomber figure dans le recueil de vocabulaire en anglais ayant pour thème : arme.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • bomber sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bomber
\Prononciation ?\
bombers
\Prononciation ?\

bomber \Prononciation ?\ masculin (pour une femme, on dit : bombera)

  1. Pompier.

SuédoisModifier

Forme de nom commun Modifier

bomber \Prononciation ?\

  1. Pluriel indéfini de bomb.