bon an mal an

Voir aussi : bon an, mal an

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution adverbiale Modifier

bon an mal an \bɔ.n‿ɑ̃ ma.l‿ɑ̃\ invariable

  1. En moyenne par an, en compensation faite des bonnes et des mauvaises années.
    • Et l’on m’a assuré qu’elle portait d’ordinaire sur elle, bon an mal an, trente quintaux de chair — (Paul Scarron, Le Roman comique, VIII, 2e partie, 1657, dans Littré à l’entrée bon)
    • Nous payons [au gouvernement], bon an mal an, 900 millions. — (P. L. Cour. I, 190. dans Littré à l’entrée bon)
    • Aussi moi qui porte bon an mal an de dix à quinze mistones, vlà comment j’procède. Une fois rendu, je fais le tour des types qu’est preneurs et j’leur propose mes lots. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • De tout le Plateau, c’est le plus gros tendeur. Bon an, mal an, il prétend poser dix mille ployettes […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Tentant bon an mal an de respecter les gestes barrières, près de 50% des agences de négoce ont rouvert en "drive" et travaillent en "mode dégradé". — (Mathias Thépot, « "On veut protéger nos gars" : dans le BTP, la reprise des activités entraîne malaise et incompréhension », article paru sur marianne.net le 10 avril 2020 ; consulté le 14 avril 2020)

Variantes orthographiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier