FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Participe de bourrer (« ce avec quoi on bourre un fagot »). Au sens de « danse », cette danse se faisant autour d’un feu de joie c’est peut-être le dérivé du précédent (→ voir brandon), soit le participe de bourrer au sens de « maltraiter, porter des coups ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bourrée bourrées
\bu.ʁe\
 
Bourrée planière (2).

bourrée \bu.ʁe\ féminin

  1. (Vieilli) Sorte de fagot de menues branches, gros et court, lié au milieu avec une seule hart [1] [2].
    • Le soir même de la célébration, Athanase et sa mère se trouvaient, après leur dîner, devant un petit feu de bourrées. — (Honoré de Balzac, La Vieille Fille, 1836)
    • Il paraît qu'à raison de leur éloignement des habitants de Neuillay-les-Bois avaient exercé rarement leur droit de prendre de l'épine et de couper des bromalles ; mais au mois d'octobre 1852, et à des jours différents, quelques habitants se sont introduits dans le bois des Houx, et là, sans donner aucun avertissement ni demander aucune délivrance, ont coupé des bromalles et en ont fait des bourrées. — (« Cour d'Appel de Bourges, 24 février 1853 », dans le Journal du Palais, édité par Stéph. Cuënot, Th. Gelle & A. Fabre, tome 1er de 1853, Paris : aux bureaux du journal, 1853, page 378)
    • — Casse de la bourrée, me disait-elle ; il nous faut un bon feu clair, sans fumée.— (Hector Malot, Sans famille, Dentu E., 1887)
    • Je ne mangeai presque rien et remontai à ma chambre le plus tôt qu’il me fut possible. On y avait allumé un feu de bourrées pendant mon absence, car la nuit était fraîche. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, page 57)
    • Des stères à brûler, des fagots de rondins, des bourrées de coupilles, des tas d’ételles et des « carottes » d’épicéas s’y empilent. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. Danse traditionnelle originaire d’Auvergne, qui a pour caractéristiques une rangée d’hommes faisant face à une rangée de femmes, lesquelles rangées se rapprochent, s’éloignent, se croisent successivement sans jamais que les partenaires se touchent.
    • Danser une bourrée.
    • Faire un pas de bourrée.
    • Les garçons avaient seulement ôté leurs vestes, les filles avaient changé de coiffe et relevé leurs tabliers de ratine ; mais tous avaient gardé leurs sabots, disons comme eux leurs bots, sans doute pour se donner plus d’aplomb et pour mieux marquer, avec ces lourds patins, la mesure de cette lourde et sautante pantomime appelée la bourrée. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, pages 19-20)
  3. (Par extension) Air sur lequel on exécute cette danse.
    • Jouer une bourrée.
    • Chanter une bourrée.
  4. (Chasse) (Désuet) Chasse avec un hallier [1].

Forme d’adjectif Modifier

bourrée \bu.ʁe\

  1. Féminin singulier de bourré.

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe bourrer
Participe Présent
Passé
(féminin singulier)
bourrée

bourrée \bu.ʁe\ féminin singulier

  1. Participe passé féminin singulier de bourrer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • bourrée sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • bourrée sur l’encyclopédie Vikidia  

RéférencesModifier