bréviaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin breviarium (« résumé »), même racine qu’abréviation, dérivé possible de brevis (« court »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
bréviaire bréviaires
\bʁe.vjɛʁ\
 
Bréviaire (1) de Cologne.

bréviaire \bʁe.vjɛʁ\ masculin

  1. (Religion) Livre contenant les offices que ceux qui sont dans les ordres sacrés sont obligés de dire tous les jours.
  2. (Par extension) (Religion) Ces offices mêmes que disent chaque jour ceux qui y sont obligés.
    • Dire, réciter son bréviaire.
    • Cet homme aurait fait empaler Zadig pour la plus grande gloire du soleil, et en aurait récité le bréviaire de Zoroastre d'un ton plus satisfait. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, IV. L'envieux, 1748)
  3. (Figuré) Livre dont on fait sa lecture habituelle.
  4. (Figuré) Livre qui indique une marche à suivre.
    • Si nous n'avons pas encore le bréviaire de la révolution que Lucien Herr avait annoncé en 1900, nous savons tout au moins qu'il y a déjà des règlements tout préparés pour assurer le service de la comptabilité dans la société collectiviste […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, page 222)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier