Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de bras, dessus et dessous.

Locution adverbiale Modifier

Invariable
bras dessus, bras dessous
\bʁa də.sy bʁa də.su\

bras dessus, bras dessous \bʁa də.sy bʁa də.su\ invariable

  1. En se donnant le bras avec amitié.
    • Vers le milieu du mois d'octobre 1829, monsieur Simon Babylas Latournelle, un notaire, montait du Havre à Ingouville, bras dessus bras dessous avec son fils, […]. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Au bruit de leurs lourds sabots, à tiges de toile bise, les marins dévalaient par groupes, le dos courbé sous le poids de leurs filets ; d'autres, bras dessus bras dessous, sortaient des débits de boisson, chancelant et chantant ; […]. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
    • Quelquefois, vers trois heures du matin, des chants montent. Des bandes d'hommes et de femmes, bras dessus, bras dessous, suivent, dans toute sa largeur, la rue de la République. Qu'est-ce que c'est que tous ces flambards ? D'où viennent-ils ? Où vont-ils ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • (Région à préciser) : écouter « bras dessus, bras dessous [Prononciation ?] »

RéférencesModifier